L’apôtre-patriarche

L'Eglise Néo-Apostolique est présidée depuis Pentecôte 2013 par Jean-Luc Schneider. Il conduit l'Eglise comme apôtre-patriarche depuis le siège principal situé à Zurich (Suisse). Jean-Luc Schneider est de nationalité français.

Autorité ecclésiastique suprême

Autorité ecclésiastique suprême de toutes les Eglises territoriales néo-apostoliques, l’apôtre-patriarche est à la tête de l’Eglise tout entière et statue sur toutes les affaires religieuses. Il lui incombe principalement de proclamer l’enseignement de Jésus avec constance et conscience, et d’en préserver la pureté. Il nomme et ordonne les apôtres de district, apôtres et évêques, les admet à la retraite ou les révoque. Il détermine les limites des Eglises territoriales et leur attribue les champs d’activité dont elles ont à assurer la desserte pastorale et missionnaire. Il établit le budget annuel de l’ENAI, décide des dépenses qu’elle engage et administre ses biens; il fixe, après délibération avec les apôtres de district, le montant des contributions financières à verser par eux à l’ENAI; il édicte des règlements et des directives pour les questions relatives à l’Eglise tout entière. Les dispositions prises par l’apôtre-patriarche sont à appliquer obligatoirement par toutes les Eglises territoriales et leurs organes, sous réserve de l’existence de dispositions légales contraires.

L’apôtre-patriarche peut déposer

L’apôtre-patriarche est nommé par son prédécesseur. La démarche est la même au cas où le prédécesseur tombe malade ou est victime d’un accident, mais garde sa capacité d’action Si l’apôtre-patriarche tombe subitement malade ou est victime d’un accident qui le prive de sa capacité d’action, il peut désigner son successeur par écrit et mettre le document ad hoc en dépôt. En l’absence d’une telle nomination, son successeur est élu à bulletins secrets, dans le cercle des apôtres de district, de leurs adjoints et des apôtres, par l’assemblée des apôtres de district ou l’assemblée des apôtres. Il entre en fonction au moment de son ordination par l’apôtre-patriarche accédant à la retraite ou par le doyen, en termes d’ancienneté dans le ministère, des apôtres de district en exercice. Ce changement de titulaire du ministère est porté sans délai à la connaissance des fidèles de toutes les communautés néo-apostoliques de par le monde.

L’apôtre-patriarche en exercice est autorisé à prendre sa retraite dès l’âge de 65 ans révolus; il peut néanmoins rester en exercice au plus tard jusqu’à l’âge de 70 ans.

L’apôtre-patriarche peut déposer, dans le coffre-fort de l’ENAI, tout document ad hoc précisant la nomination de son successeur et la marche à suivre en cas d’incapacité momentanée ou définitive à exercer son ministère. Au cas où deux médecins confirment, indépendamment l’un de l’autre, une telle incapacité momentanée, les trois apôtres de district ayant la plus grande ancienneté dans l’exercice de leur ministère ouvriront l’acte déposé par l’apôtre-patriarche; si l’apôtre-patriarche vient à mourir ou s’il est définitivement empêché d’exercer son ministère, l’assemblée des apôtres de district sera convoquée dans un délai de sept jours; elle prendra connaissance des dispositions léguées par l’apôtre-patriarche et les mettra en œuvre sans délai.

Jean-Luc Schneider