Parole du mois

"Car un enfant nous est né..."

Décembre 2005

Pour nous, il va de soi de fêter Noël ! A qui viendrait-il à l'idée que sur terre près des deux tiers des hommes ne connaissent pas la fête de Noël ? Pour les grandes religions du monde comme l'Islam, le Bouddhisme ou l'Hindouisme cette fête est inconnue. Et même au sein de la chrétienté, nous devons constater que beaucoup ignorent la signification de la fête de Noël. Il y a quelque temps, un sondage a été réalisé auprès des passants dans les rues d'une grande ville allemande : « Pourquoi fête-t-on Noël ? » Les réponses étaient consternantes. Beaucoup ne savaient pas que ce jour-là on commémore la naissance du Christ.

Que signifierait Noël pour notre âme si nous ne pouvions pas aller dans la maison de Dieu ? Un moment quelconque et sans intérêt. Pouvoir se rassembler autour de l'autel, commémorer la naissance du Christ au service divin et recevoir dans son âme la paix de Noël - voilà ce qui crée la félicité ! Recevoir, sous l'effet de la parole et du sacrement, paix et joie, bénédiction et grâce, est le cadeau le plus précieux. La raison pour cela est le fait que Dieu a envoyé son Fils unique, porteur du salut des âmes.

Des centaines d'années auparavant déjà, le prophète Esaïe, poussé par le Saint-Esprit, a évoqué la naissance du Sauveur : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » (Esaïe 9 :5). Appellations remarquables que donne là Esaïe !

Le nom "Conseiller Admirable" nous indique qu'à travers sa parole, le Seigneur donne des conseils admirables. L'apôtre Jean écrit au début de son Evangile : « Et la parole a été faite chair » - il pense là à Jésus-Christ - « et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » (Jean 1 :14). Nous voulons tenir pour sainte cette parole, son conseil admirable, et ne pas la laisser tomber à terre, la critiquer, voire la piétiner.

Un héro est un vainqueur. Jésus a remporté la victoire sur le diable, l'enfer et la mort, il est de ce fait « Dieu puissant ». Et parce qu'il a vaincu, sa victoire est aussi nôtre.

Dans l'appellation "Père éternel" nous voyons la nouvelle création et la gloire à venir. Si seulement il était possible de décrire la nouvelle création, probablement plus personne ne resterait indifférent à la parole de Dieu, mais tous chercheraient de toutes leurs forces à atteindre cette nouvelle création. Mais on ne peut la décrire. Les mots et l'imagination nous manquent pour cela. Le mieux pour nous est de persévérer dans la foi jusqu'au but.

Le prophète Esaïe a parlé du prince de paix dans un temps où la paix ne régnait pas vraiment à Jérusalem. La ville de Dieu était soumise à la pression d'ennemis très puissants ; comment Esaïe pouvait-il alors parler de paix ? C'est que le prophète a jeté un regard vers l'avenir et a vu venir celui, dont le règne sera grand et dont la paix ne prendra pas de fin : le Christ. Celui-ci est ressuscité et monté au ciel et, de là, il nous offre sa paix.

Plusieurs siècles avant la naissance du Christ, le prophète Esaïe a déjà attribué au Fils de Dieu des noms magnifiques. Aujourd'hui déjà, nous percevons leur véracité.

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche Fehr)

 

Parole du mois

Nous sommes là pour vous !

(Juin 2019) Récemment, de jeunes chrétiens ont prononcé leur vœu de confirmation dans de nombreuses communautés... [En savoir plus]