Parole du mois

Dimensions divines

Juillet 2005

Même de notre temps, ce temps de l'accomplissement, le souhait exprimé par l'apôtre Paul dans sa lettre aux Éphésiens reste d'actualité : Il faut que Jésus-Christ habite dans nos cœurs par la foi, et que nous soyons enracinés et fondés dans l'amour (cf. Ephésiens 3 :17,18). Pour comprendre les voies de Dieu, il est nécessaire, outre de faire preuve de crainte de Dieu, de disposer de la connaissance qui procède de la foi. Or, la foi vient de la prédication, a dit l'apôtre Paul dans une autre de ses lettres (cf. Romains 1=:17); c'est la raison pour laquelle il est capital, au cours des services divins, de recevoir dans un cœur croyant la parole suscitée par l'Esprit, afin d'augmenter notre connaissance pour mieux appréhender les dimensions divines.

L'apôtre Paul avait fléchi les genoux pour prier en faveur de cette communauté, implorant le Père céleste de faire en sorte que ses enfants puissent « comprendre quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur. »

Que faut-il entendre par là ?

À nos yeux, la largeur traduit ici l'étendue de la grâce divine qui est l'expression de l'incommensurable amour que Dieu porte même à ceux qui ne font pas partie de l'Église-Epouse de Christ. La grâce de Dieu n'est pas réservée à son seul peuple ; en revanche, c'est à ce dernier que reviennent la grâce de l'élection, celle de la filiation divine et celle du pardon des péchés. Sachons bien cependant que la grâce de Dieu n'est pas illimitée, car le temps de grâce prendra fin un jour. Efforçons-nous donc de ne pas être privés de la grâce divine, mais de la reconnaître pour telle et de la saisir de toutes les fibres de notre âme.

La notion de longueur est synonyme de la patience divine : Par amour pour le pécheur, il use de longanimité à son égard. La patience de Dieu à notre égard est aussi longue que la durée du temps de grâce. Elle cessera donc un jour aussi, et la justice de Dieu prendra le relais de sa grâce ; dès lors, chaque homme recevra sa part selon le bien ou le mal qu'il aura accomplis. Mettons donc la patience de Dieu à profit pour nous préparer en vue du retour promis de Christ qui vaudra, à ceux qui auront fidèlement persévéré dans la foi en lui, la communion éternelle avec Dieu.

Alors nous comprendrons et expérimenterons la hauteur divine, c'est-à-dire la félicité que lui seul est capable de nous procurer par amour pour nous. Nous pouvons en avoir un avant-goût au cours des services divins où, sous l'action de la parole et de la grâce, la paix, la force et la joie sont renouvelées en nous. Cela équivaut pour nous à une ascension progressive vers les hauteurs de la félicité.

Que dire de la profondeur ? Elle symbolise l'insondable amour de Dieu dans son universalité. Avant même la fondation du monde, avant notre conception, Dieu nous a vus et connus dans son amour. Il nous a attirés à lui, nous a conduits et protégés jusqu'à ce jour, et il a envoyé son Fils sur la terre pour nous sauver. Dans son amour, il veut nous rendre dignes en vue du jour de son Fils : « Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. » (1 Jean 4:16) Prenons cette parole de l'apôtre Jean à cœur, ménageons de l'espace en nous pour l'amour de Dieu répandu dans nos cœurs, et aimons Dieu et son Œuvre par-dessus tout ! Dès lors, nous serons enracinés et fondés dans l'amour, et nous connaîtrons la profondeur divine.

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche Fehr)

 

Parole du mois

À toute force

(Novembre 2019) Le Saint-Esprit agit puissamment – autrefois, aujourd'hui et aussi demain. Le Saint-Esprit met... [En savoir plus]