Parole du mois

Bénédiction spirituelle

Mai 2005

La dernière chose que Jésus-Christ a faite ici-bas, après sa mort sacrificatoire et sa résurrection, c'était de bénir ses disciples avant de retourner auprès du Père: "Pendant qu'il les bénissait, il se sépara d'eux, et fut enlevé au ciel." (cf. Luc 24 :51) - De nos jours aussi, le Seigneur dispense de multiples bénédictions.

Pensons au saint baptême d'eau dont procède une bénédiction sans pareille: le péché originel est lavé, la culpabilité de l'être humain est effacée, et Dieu conclut une alliance avec lui. Quelle bénédiction est-elle aussi liée au saint-scellé, lors duquel, par sa prière et l'imposition de ses mains, un apôtre dispense le don du Saint-Esprit ! Cet acte fait de l'homme une nouvelle créature en Christ, un enfant de Dieu, un héritier de la gloire future. Une bénédiction est également dispensée à l'occasion de la confirmation, du mariage ou encore de l'ordination dans un ministère. Par ailleurs, la bénédiction finale nous est accordée à l'issue de chaque service divin: "Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit, soient avec vous tous!" Cette promesse divine nous rend capables de marcher avec Dieu au cours des jours qui suivent.

La bénédiction est d'ordre terrestre et spirituel. La plupart du temps, on apprécie davantage la première : quel bonheur que d'avoir un compte en banque bien garni, de faire une belle carrière professionnelle, de connaître une vie de famille prospère et de rester en bonne santé jusqu'à un âge avancé ! Toutes ces bonnes choses qui sautent immédiatement aux yeux sont perçues comme une bénédiction. Pourtant, il faut bien dire que la bénédiction spirituelle est plus précieuse encore ! S'il le veut, Dieu peut accorder une bénédiction matérielle, mais la richesse terrestre n'est pas nécessairement une bénédiction… Heureux celui qui est béni spirituellement !

Or, la bénédiction spirituelle réside dans le fait d'être en mesure de croire, de se sentir poussé à prier, d'œuvrer dans l'amour, de persévérer dans l'imitation joyeuse, de rester fidèle jusqu'à la fin. Tous ces dons, notre Père céleste nous les accorde dans son incommensurable amour.

Dieu avait dit à Abraham: "Je te bénirai, et tu seras une source de bénédiction!" (Genèse 12 :2). Cette parole vaut aussi pour nous : Dieu nous bénit, si bien que nous avons la capacité et la volonté d'être des sources de bénédiction. Comment ? En témoignant de la foi qui nous anime, en communiquant des forces et des joies nouvelles à ceux qui sont las, en portant les faibles, en ramenant les égarés, en sachant donner une parole aimante à quiconque et porter secours à ceux qui sont en détresse. Une telle démarche nous comble de bonheur et de bénédiction.

La plus grande bénédiction nous échoira au jour du Seigneur, quand nous serons acceptés par grâce ; cette bénédiction nous vaudra non seulement la félicité, mais aussi la gloire. Ne nous lassons pas d'y aspirer de toute la force de notre foi !

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)