Parole du mois

Christ intercède pour nous

Avril 2004

Que serait la fête de Pâques sans la parole du Seigneur, sans la grâce de Dieu, sans la communion des fidèles auprès du saint autel? Ce serait un simple jour férié ou peut-être, dans la mesure où l'on sait encore ce qui s'est passé, il y a de cela deux mille ans, au jour de Pâques, un jour de commémoration. Pour les enfants de Dieu, par contre, Pâques est un jour de fête, lors du quel la grâce divine leur est renouvelée, car le Sauveur ressuscité est assis à la droite de Dieu et intercède en leur faveur.

"Qui accusera les élus de Dieu? C'est Dieu qui justifie! Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!" (Romains 8: 33, 34). Cet encouragement, que l'apôtre Paul a adressé autrefois à l'Eglise de Rome, vaut aussi pour le peuple de Dieu actuel. Quelle consolation: Les élus, qui ont été justifiés par la grâce de Dieu, ne peuvent plus être accusés par quelque esprit que ce soit, car le Fils de Dieu a effacé leur culpabilité au moyen de son sacrifice sacrificatoire.

La parole de Dieu, c'est-à-dire la prédication que nous entendons régulièrement, suscite la foi, et cette foi nous justifie. Telle est l'expérience que Noé et Abraham ont eu la grâce de faire, leur foi leur ayant été imputée à justice. Les esprits d'en bas cherchent à séduire et à condamner: il faut leur résister! Jésus-Christ lui-même a dit: "Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné." (Marc 16:16). Chacun détient donc, par les choix qu'il fait, la clé de son salut et de sa rédemption, car, sans la foi, il est impossible d'être agréable à Dieu.

Puisque Jésus-Christ est mort pour nous, qu'il est ressuscité des morts et a été élevé à la droite de Dieu, et que nous sommes régulièrement participants de son sacrifice, toutes les accusations portées contre nous par le diable sont sans objet. Le fait de savoir que le Fils de Dieu intercède pour nous auprès de son Père nous procure des forces. Il est notre avocat, il nous défend dans os faiblesses et imperfections; il n'y a pas meilleur avocat ni plus grand intercesseur que lui.

La condition préalable en est bien évidemment notre foi en son envoi par Dieu, sa résurrection, son Ascension et son retour promis. Ne doutons jamais de ces points cardinaux de l'Evangile et rappelons-nous cette mise au point de l'apôtre Paul: "Et si Christ n'est pas ressuscité, [...] votre foi aussi est vaine." (cf. 1 Corinthiens 15:14). Ne nous laissons pas induire en erreur: C'est par la foi et au moyen de la grâce issue du sacrifice de Christ que nous serons justifiés! Qui, dans ces conditions, pourrait encore nous accuser et nous condamner? Personne, car nous sommes justifiés, purifiés et sanctifiés. C'est parce que nous croyons ces choses que la joie pascale est parfaite en nous!

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)

 

Parole du mois

La langue

(Juillet 2019) La langue en dit long sur une personne. La manière dont elle parle, les mots qu’elle emploie, sa... [En savoir plus]