Parole du mois

Joie de Noël

Décembre 2003

Qu'il est beau de rester attaché à ce qui est l'essence de l'évangile et de le confesser dans une foi joyeuse: l'incarnation du Fils de Dieu, son action salvatrice et la promesse de son retour. Cette une source de joie, et non seulement à l'occasion de Noël!

Que serait notre vie si Christ n'avait pas été incarné? Si le Père n'avait pas envoyé son Fils afin qu'il se sacrifie pour la réconciliation et la rédemption? Que serait notre vie si Jésus n'avait pas vaincu l'enfer, n'était ressuscité et monté au ciel et s'il n'avait pas donné la promesse de revenir prendre à lui les siens?

Quel serait le sens de notre vie ici-bas sans la promesse de sa venue? On marcherait quelques années sur cette terre, vivrait quelques joies, quelques déceptions, du bonheur et de l'affliction, des rires et des pleurs, et un jour tout serait terminé. Une telle vie vaudrait-elle la peine? On peut en douter! Une vie sans le Sauveur, sans le Ressuscité, sans le retour du Seigneur serait pauvre et vide, dénuée de toute finalité.

C'est pourquoi nous commémorons Noël dans la joie et la reconnaissance, nous souvenant que Dieu a envoyé son Fils sur terre pour la rédemption des hommes. "Je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie: c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur" annonçait l'ange aux bergers. Avant cela, il avait exhorté tranquillement: "Ne craignez point!" (Luc 2: 10,11).

Cette consolation encourageante est une partie de la joie de Noël. Dans un temps agité, où les causes d'inquiétudes sont multiples, guerre, accidents, maladie, détresse, épreuves, solitude, injustice, le message de Noël sonne plein de promesse: Dieu est avec toi!

"J'ai cherché l'Eternel, et il m'a répondu; Il m'a délivré de toutes mes frayeurs." Ainsi est-il écrit dans les Psaumes (Psaume 34:5). Cette recommandation de chercher Dieu vaut aussi pour nous. Autrefois, les bergers se rendirent à Bethléem, dont le nom signifie "la maison du pain". Nous cherchons au service divin la paix, la joie et la bénédiction. Si le bon Dieu vient à notre rencontre dans la parole et la grâce et nous interpelle avec ces mots: "Ne crains point, je t'accompagne sur le chemin étroit jusqu'à la patrie céleste", notre foi en est fortifiée, de même que notre certitude que Jésus-Christ est venu sur terre et s'est offert en sacrifice pour notre rédemption.

(Extraits de services divins de l'apôtre-patriarche)

 

Parole du mois

La langue

(Juillet 2019) La langue en dit long sur une personne. La manière dont elle parle, les mots qu’elle emploie, sa... [En savoir plus]