Parole du mois

Rayonnants de joie

Août 2003

David, le chantre des Psaumes, disait: "Quand on tourne vers lui les regards, on est rayonnant de joie." (Psaume 34:6). Il faut donc tourner les regards vers le Seigneur, l'Eternel. Celui qui le reconnaît dans l'action de sa parole, dans l'activité de son Esprit et dans l'efficacité de la grâce issue du sacrifice de Christ est reconnaissant, humble et rayonnant de joie. Nous voyons aussi l'Eternel dans les services protecteurs de ses anges: il nous est souvent arrivé de rester préservés de tout danger, de nous "tirer d'affaire à bon compte", vérifiant ainsi que Dieu avait étendu sa main au-dessus de nous pour nous protéger, nous soutenir et nous guider.

C'est dans la consolation et la paix que nous reconnaissons aussi le Seigneur. D'où vient la vraie consolation? Du Saint-Esprit! Qui procure la paix véritable? Non pas les chefs d'Etat lors de conférences bien intentionnées, mais uniquement de Jésus-Christ, le Prince de la paix, qui a dit un jour à ses disciples: "Je vous donne ma paix", ajoutant: "Que votre cœur ne se trouble point, et ne s'alarme point." (cf. Jean 14:27).

Etre rayonnants de paix, c'est, pour nous, aujourd'hui, avoir un rayonnement apostolique! Ce rayonnement résulte d'un esprit joyeux. Et nous avons tout lieu de nous réjouir: Nous sommes scellés et possédons ainsi les arrhes de la gloire, nous sommes détenteurs du Saint-Esprit, un avenir merveilleux nous attend dans la communion éternelle de Dieu et de son Fils. Au cours des services divins, nous sommes affermis et confortés dans notre foi; la lumière divine éclaire notre route vers le but; dans la maison du Seigneur, les péchés nous sont pardonnés et, lors de la célébration de la sainte cène, nous sommes en étroite communion avec le Seigneur.

Soyons donc rayonnants de joie, même dans la douleur et le deuil, parce que nous savons que les choses ne resteront pas en l'état. Pensons à cette promesse de Jésus: "Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." (cf. Matthieu 28:20). Et si notre horizon devait un jour très nettement s'assombrir, transportons-nous en esprit au jour du Seigneur, au moment du retour de Christ, et nous rayonnerons de joie comme jamais encore auparavant. Quand, ce jour-là, nous serons soulagés en un seul instant de tout fardeau terrestre, quand il n'y aura plus ni injustice ni maladie, ni mensonge ni choses impures et laides, mais uniquement de l'amour et de la paix, combien rayonnerons-nous alors de joie!

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)