Parole du mois

Les connaissances actuelles sont partielles

Juillet 2003

Tant que nous vivrons ici-bas, notre connaissance des voies divines sera partielle seulement. L'apôtre Paul écrivait aux Corinthiens: "Aujourd'hui je connais en partie...", mais, se plaçant dans la perspective du jour du Seigneur, il ajouta: "... mais alors je connaîtrai comme j'ai été connu." (cf. I Corinthiens 13:12).

Le Saint-Esprit nous a déjà révélé beaucoup de choses: l'amour et la toute-puissance de Dieu, la portée du sacrifice de Jésus en vue de la rédemption et du salut des pécheurs, notre élection et notre vocation à la gloire éternelle. Soyons reconnaissants de tout cœur pour toutes ces choses que nous avons la grâce de connaître!

Même si, actuellement, c'est partiellement seulement que nous connaissons certaines choses, nous pouvons être assurés du fait que le Seigneur, lui, nous connaît. Devant lui, nous sommes comme un livre ouvert. Nous ne pouvons rien lui cacher; ce serait parfaitement insensé de chercher à soustraire quoi que ce soit à sa divine sagacité et majesté. Voyons-y, d'une part, une mise en garde et, d'autre part, le sujet d'une grande joie et d'une grande consolation.

Il voit notre piété et les combats de la foi que nous livrons, il voit notre amour pour son Œuvre et notre esprit de sacrifice. Il voit aussi notre espérance, notre assurance, notre confiance et notre fidélité, il connaît nos pensées et nos sentiments. Il voit nos manquements et nos fautes répétées, il voit à quel point nous nous irritons de nos propres faiblesses. Il voit notre repentir et nous pardonne sans cesse nos offenses et nos péchés. Le Seigneur connaît aussi nos soucis et nos détresses; que cela soit une grande consolation pour nous, parce qu'il est disposé à nous aider à l'avenir aussi. Le travail divin vise à notre perfectionnement.

Nous aurons la grâce de le comprendre parfaitement, le jour où Christ reviendra. Au jour du Fils de Dieu, nous verrons le plan et les voies de Dieu dans une lumière sublime et nous constaterons alors que les épreuves qu'il a permises, toutes ces choses que nous avons vécues, auront finalement concouru à notre bien. En considérant les cohérences de l'activité créatrice de Dieu, nous comprendrons avec admiration que toutes les choses avaient leur raison d'être profonde.

Nous pourrions nous attrister au sujet du caractère partiel de nos connaissances actuelles, mais il ne nous est pas encore possible de saisir parfaitement les choses célestes, parce que notre raisonnement humain est limité. Nous pouvons implorer notre Père céleste de nous accorder une connaissance et un discernement plus grands; sachons cependant nous contenter de ce qu'il nous révèle dans son amour; cela suffit à notre bonheur. En attendant la connaissance parfaite, faisons appel, pour compenser nos connaissances partielles, à notre foi et à notre confiance en Dieu. De cette manière, nous persévérerons dans la fidélité jusqu'au jour du Seigneur, dans la perspective duquel nous nous réjouissons et nous préparons, sachant que, ce jour-là, nous ne l'interrogerons plus sur rien.

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)

 

Parole du mois

La langue

(Juillet 2019) La langue en dit long sur une personne. La manière dont elle parle, les mots qu’elle emploie, sa... [En savoir plus]