Parole du mois

Vendredi saint

Avril 2003

Ce n'est pas le Christ souffrant qui est le personnage central de l'Évangile, mais le Christ triomphant, celui qui est ressuscité, qui est monté au ciel et qui reviendra. Conformément au plan de salut divin, il a cependant fallu sa mort cruelle à la croix pour que fût acquise la victoire sur la mort et le séjour des morts, suivie de la résurrection et de l'ascension.

De nombreux sacrifices ont été consentis ici-bas, et beaucoup d'hommes ont déjà donné leur vie pour un idéal; pourtant, de tels événements ne sont pas comparables au sacrifice de Jésus, car, bien qu'échappant à la loi de la mort, il s'y est soumis. Le Fils de Dieu a donné sa vie impeccable en vue du salut de l'humanité. Son sacrifice serait à vrai dire suffisant pour tous les hommes, or, il est dit, dans l'Évangile selon Marc, qu'il est venu "donner sa vie comme la rançon de beaucoup" (cf. Marc 10:45), ce qui implique que tous les hommes ne recourent pas à son offre de grâce.

Heureux sommes-nous de pouvoir reconnaître et confesser avec l'apôtre Pierre que nous avons été guéris par ses meurtrissures (cf. 1 Pierre 2:24). En se chargeant, par sa mort expiatoire, du péché du monde, le Fils de Dieu a ouvert l'accès au salut et à la vie éternelle. Par l'envoi du Saint-Esprit, il a créé la possibilité de la régénération et a promis de revenir prendre les siens auprès de lui, dans la communion éternelle avec Dieu.

Le salut par ses meurtrissures nous a été offert, lorsque, par l'imposition des mains d'un apôtre envoyé par Jésus, nous sommes devenus enfants de Dieu. C'est par ses meurtrissures seulement que, grâce au pardon des péchés, nous sommes délivrés de l'emprise du malin: quel salut incommensurable! Le salut nous est également offert sous forme du secours et de l'assistance de Dieu, que nous implorons sans cesse, en toute humilité. La promesse de Jésus: "Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde" (cf. Matthieu 28:20) nous procure, précisément au cœur de l'affliction et de l'adversité, de l'assurance et un courage nouveau. La paix que le Ressuscité dépose dans le cœur est porteuse de salut. Nous pourrions céder à la peur en ce monde voué au péché, mais Jésus a dit: "Prenez courage, j'ai vaincu le monde!" (cf. Jean 16:33).

Aux Corinthiens, l'apôtre Paul a écrit que, par Dieu, Jésus-Christ "a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption" (cf. 1 Corinthiens 1:30), ce qui est une autre manifestation du salut issu du sacrifice du Seigneur. La sagesse procède de la crainte de Dieu; la justice procède de la foi. Mettons-les toutes deux en œuvre afin qu'au jour du Seigneur nous accédions au salut et à une pleine rédemption.

(Extraits de services divins célébrés par l'apôtre-patriarche)

 

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]