Parole du mois

Le Seigneur nous conduit

Juin 2002

Au long de notre itinéraire spirituel, nous avons souvent fait l'expérience que c'est Dieu qui nous conduit et nous protège, même à notre insu. Malgré cela, il nous arrive de vivre des situations, dans lesquelles nous nous croyons abandonnés, livrés à nous-mêmes, impuissants à résoudre nos difficultés ou à porter notre croix. Souvenons-nous alors que, malgré les apparences, Dieu conduit merveilleusement ses saints.

Pourquoi parler de saints, et qui sont-ils? Rappelons ici la parole adressée autrefois par l'apôtre Paul aux Ephésiens: "Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire." (Ephésiens 2:19,20) Quiconque a reçu le Saint-Esprit et a ainsi été élevé à la dignité de concitoyen des gens de la maison de Dieu fait partie des saints, quelles que puissent être ses faiblesses et ses imperfections.

C'est sur les voies tracées par lui que le Seigneur conduit les siens. Parmi les voies du Seigneur, il y a d'abord et par excellence le "chemin resserré de la foi". Quiconque l'emprunte a la certitude de parvenir au but. Si nous nous y laissons conduire par le Seigneur, ce chemin resserré ne constituera jamais un fardeau à nos yeux ni une restriction ni même une privation de notre liberté. Il sera suffisamment large, pour que nous puissions nous y épanouir totalement dans la foi.

Il nous faut aussi suivre la "voie des vainqueurs". Celui qui l'emprunte recevra la couronne de la vie éternelle: "Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône." (Apocalypse 3:21) Quelle perspective que notre élévation au niveau de l'Eternel tout-puissant et de son Fils, élévation qui échappe encore à l'imagination humaine! Elle vaut bien la peine que nous nous efforcions de franchir les montées et les crevasses que nous rencontrerons en cours de route.

Quant au "chemin de la souffrance", le Seigneur ne peut pas nous l'épargner non plus. Dieu nous impose l'une ou l'autre croix destinée à nous purifier, afin que nous fassions nos preuves en matière de foi, de fidélité et d'amour. Cependant, il ne nous abandonne pas sur ce "chemin de la souffrance", mais nous y accorde sa consolation, ses forces, son aide et son assistance. Malgré les pierres et les épines qui bordent et jonchent ce chemin pénible, nous avons la conviction que le Seigneur nous y conduira tout aussi merveilleusement.

Nous avons également à parcourir une "voie de formation". Au sein de l'Œuvre de Dieu, il nous faut apprendre maintes choses pour entrer dans la dimension de l'amour de Jésus. Nous sommes destinés à devenir participants de sa nature même et devons nous préparer aux tâches qu'impliquera le sacerdoce royal, ce service que nous remplirons aux côtés de Jésus dans le royaume de paix. Toutes ces voies constituent, ensemble, le chemin qui mène à la patrie céleste. Quiconque y persévère et garde confiance en la conduite de Dieu ne peut s'égarer. Il parviendra au but, la communion éternelle avec le Très-Haut et son Fils, en dépit de toutes les difficultés.

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)

 

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]