Parole du mois

A l'Université divine

Février 2002

Au cours de chaque service divin, Dieu, notre Père céleste, façonne nos âmes en vue de nous faciliter l'acquisition des vertus divines et du degré de dignité nécessaire pour entrer dans la gloire éternelle lors du retour de Jésus. Le résultat de cette "formation", l'apôtre Pierre le décrit en les termes suivants: "Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d'amour fraternel, de compassion, d'humilité." (1 Pierre 3, 8). Ce sont là des certificats et des titres qui s'acquièrent à "l'Université de Dieu".

Etre animé des mêmes pensées et des mêmes sentiments, c'est être un avec Jésus-Christ, notre Seigneur, un avec les envoyés de Dieu, un avec tous ceux qui portent le nom de Dieu et sont ses enfants. Jésus lui-même priait ainsi:"Père saint, garde-les en ton nom que tu m'as donné, afin qu'ils soient un comme nous." (cf. Jean 17, 11). Comment démontrer cette unité ? En aimant nos frères et sœurs, en les soutenant dans le combat de la foi et en contribuant, pour notre part, au maintien de la paix et de la concorde au sein de l'Eglise, de la communauté.

Avoir les mêmes sentiments, c'est aussi se glisser dans la peau de l'autre pour éprouver ce qu'il éprouve: Si nous voyons que notre frère ou notre sœur sont en souci, en détresse, en souffrance ou en deuil, consolons-les, pansons leurs plaies, intercédons pour eux auprès de Dieu dans nos prières.

L'apôtre Pierre nous exhorte encore à être "pleins d'amour fraternel". Qu'est-ce qui distingue les vrais frères? Leur cohésion en joie et en peine: ils se prodiguent mutuellement conseil et assistance, ils s'encouragent, ils savent se réconcilier et se soutenir.

Etre plein de compassion c'est faire preuve de miséricorde, de douceur et de serviabilité. Le Fils de Dieu en a donné un exemple, celui du bon Samaritain qui, contrairement au sacrificateur et au Lévite, n'a pas ignoré la victime des brigands laissée à demi morte par eux : il soigna ses plaies avec de l'huile et du vin, la conduisit à l'hôtellerie et paya d'avance les soins que lui prodiguerait l'hôte. C'est ainsi que le Seigneur agit à notre égard. Quand notre âme est meurtrie, il y verse l'huile de l'Esprit et le vin, symbole de la joie et de la force, il panse nos blessures et nous conduit dans cette"hôtellerie" qu'est la maison de Dieu; mieux, au prix du sacrifice de sa vie, il a payé d'avance notre guérison et notre salut, même en vue de son retour où nous recevrons une ultime mesure de sa grâce.

Enfin, il nous est demandé de faire preuve d'humilité, c'est-à-dire de ne pas nous élever au-dessus d'autrui, sachant que nous sommes tous pécheurs, donc privés de la gloire de Dieu. Voilà qui est souvent difficile à l'esprit ambitieux de l'homme.

Appliquons-nous à bien suivre et assimiler les cours dispensés à l'Université de Dieu, à être des frères et sœurs unis dans la réception de la parole, unis dans l'adhésion à la volonté du Seigneur, et un avec les apôtres qu'il a envoyés pour la réalisation de notre salut. Soyons animés des mêmes pensées et sentiments, pleins d'amour fraternel, de compassion, d'humilité, et nous pourrons"décrocher" le plus grand de tous les diplômes, celui qui portera la mention: "Promu par grâce dans la gloire!"

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)

 

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]