Parole du mois

Demeurez dans mon amour

Novembre 2001

Dieu est la source et l'origine de l'amour et de la vie. Bien que les hommes, pourtant créés à son image, n'aient cessé de s'enfoncer dans le labyrinthe inextricable du péché, il ne les a pas privés de son amour: Il a donné son Fils unique, "afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle." (cf. Jean 3: 16). Par amour pour son Père, par amour aussi pour l'humanité déchue, Jésus-Christ s'est fait homme et a consenti le sacrifice de sa vie. Et d'attester l'ampleur de son amour en ces termes: "Comme le Père m'a aimé, je vous ai aussi aimés." (cf. Jean 15:9).

Y a-t-il preuve d'amour plus éclatante que le sacrifice de sa vie innocente sur la croix en vue de la rédemption des hommes?

Montrons-nous dignes de l'amour qu'il nous porte en l'aimant en retour. C'est d'ailleurs ce à quoi le Seigneur nous a exhortés sans aucune équivoque en disant: "Demeurez dans mon amour." L'apôtre Jean écrit quant à lui: "Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui." (cf. 1 Jean 4:16). Demeurons dans la communion fraternelle autour de l'autel où l'Esprit de Dieu agit, demeurons dans la communion eucharistique en recevant le corps et le sang de Christ, demeurons dans la communion de l'amour mutuel. "Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier", exhorte encore l'apôtre Jean, en précisant expressément ceci: "Si quelqu'un dit: J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur ; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ?" (1 Jean 4:19, 20).

Dans sa première épître aux Corinthiens, l'apôtre Paul parle lui aussi de l'amour sous sa forme la plus parfaite et aboutie: l'amour qui vient de Dieu (cf. 1 Corinthiens 13). Quel bonheur que cet amour patient et plein de bonté! Prenons-en de la graine, nous qui sommes souvent enclins à l'impatience et aux murmures. Il est dit également: "Il ne fait rien de malhonnête" ou: "Il n'agit pas avec inconvenance", c'est-à-dire qu'il ne heurte pas la sensibilité d'autrui. Dans ce domaine aussi, il nous faut faire des progrès en vue d'améliorer nos rapports fraternels. Et s'il est dit encore au sujet de l'amour de Dieu: "Il ne cherche point son intérêt", cela implique, pour nous, que nous ne préoccupions pas d'abord de notre personne, mais que nous aimions Dieu et son Œuvre par-dessus tout. Et Paul de poursuivre ainsi son évocation de l'amour: "Il ne s'irrite point". Le manque d'amour débouche sur l'irritation et l'exaspération, et celui qui s'irrite se ferme à l'action de la parole de Dieu; il cesse de prier et de consentir des sacrifices. Si nous demeurons dans le véritable amour, nous ne connaîtrons pas cette évolution fatale. Une autre vertu grandiose de l'amour est celle-ci: "Il ne soupçonne point le mal", "il n'impute pas le mal". Lui seul est capable de pardonner, lui seul est toujours disposé à la réconciliation.

Le Seigneur Jésus nous donne l'exemple d'un tel amour, mieux, il nous offre la possibilité d'en faire preuve à notre tour. C'est par le Saint-Esprit que cet amour a été répandu dans nos cœurs. Si donc nous ménageons de l'espace en nous au Saint-Esprit, nous demeurerons dans cet amour et acquerrons les vertus que le Seigneur exige des citoyens du nouveau ciel et de la nouvelle terre.

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)