Parole du mois

Maître de la vie et de la mort

Mars 2001

Quand l'apôtre Paul dans sa lettre aux Romains constate que Christ est mort "afin de dominer sur les morts et les vivants" (cf. Romains 14:9), l'envoyé de Jésus décrit ainsi l'étendue de la puissance acquise au Fils de Dieu par sa victoire sur l'enfer et la mort. Après le sacrifice sur la croix, la résurrection et l'ascension glorieuse, Jésus-Christ est devenu Seigneur de tous les seigneurs et Roi de tous les rois.

Mais il a aussi donné des lois qui sont en vigueur dans son œuvre: accepter et suivre avec foi la parole de l'autel, aimer Dieu par-dessus tout et son prochain comme soi-même, accepter ses envoyés, s'efforcer de se montrer digne de la grâce offerte, pardonner et être conciliant, rester dans le premier amour - pour ne nommer que les plus importantes. A ceux qui ont la volonté de marcher selon ses lois et de regretter leurs offenses, il pardonne les péchés. Celui qui vient à lui affamé de la parole de Dieu reçoit la nourriture pour son âme et l'eau de la vie. En plus, il se voit offrir un vêtement nouveau, celui du salut dans les sacrements.

Le Fils de Dieu invite aussi des hôtes à venir se régaler auprès de lui. En tant que maître de la vie et de la mort, il adresse également cette invitation aux âmes qui ont déposé leur vêtement terrestre et se trouvent dans les domaines de l'au-delà, où souvent espoir, foi et amour font défaut. Ainsi, il leur propose de saisir l'offre de salut, la grâce et le pardon, de se nourrir et de se désaltérer, avec le même préalable que pour les vivants. En effet, pour elles aussi s'applique la même condition fondamentale: s'approcher de l'autel du Seigneur, car c'est là seulement que Seigneur dispense les bénédictions. Aux fidèles incombe le devoir d'inviter en intercédant par une prière venant du cœur et d'aplanir les voies, en répandant lumière, chaleur et amour. C'est le devoir que le Seigneur a imposé aux siens.

Le Seigneur accomplit encore un autre grand acte de miséricorde! Celui qui accepte son offre, saisit la parole et la grâce avec foi, pardonne, est conciliant et suit les commandements, ne doit plus rester un hôte et un étranger. En lui dispensant le baptême d'eau et de l'Esprit, le Seigneur l'élève au statut des gens de la maison de Dieu (cf. Ephésiens 2: 19). Il rejoint les rangs des régénérés et peut attendre avec eux le moment où Christ, le maître de la vie et de la mort, reviendra prendre les siens à lui.

Cordialement<br/> Votre

Richard Fehr