Parole du mois

Affermir la foi

Novembre 2000

En cette époque qui précède le retour promis de Christ, l'incrédulité gagne du terrain, la superstition prend le pas sur le message chrétien, l'adversité se fait plus menaçante et le doute ne cesse de croître. En prévision de cette évolution, le Seigneur Jésus avait dit, à juste titre: "Mais quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?" (cf. Luc 18:8). Il est donc capital que la foi soit continuellement affermie. Au cours de notre marche vers le but, il nous faut la mettre en œuvre jour après jour, dans toute sa substance et sa force.

Dès le début de l'histoire de l'humanité, la foi a fait l'objet de tous les assauts. A l'origine du premier péché, il y a la mise en doute de la parole de Dieu. Après avoir prêté l'oreille aux insinuations du serpent: "Dieu a-t-il réellement dit…." (cf. Genèse 3:1), les premiers êtres humains ont été rongés par le doute, au point de transgresser l'interdit divin. Le diable utilise la même tactique de nos jours encore: une contrariété par ci, un soupçon par là, et l'incertitude et le doute s'installent dans les cœurs. C'est pour cette raison qu'il faut que la foi soit continuellement fortifiée.

Le premier doute a donné lieu à une réaction en chaîne: Dieu a chassé Adam et Eve hors du jardin d'Eden; depuis lors, c'est à la sueur de son front que l'homme mange son pain, et dans la souffrance que la femme enfante. Voyant que Dieu jetait un regard favorable sur l'offrande d'Abel et non sur la sienne, Caïn en a conçu de la jalousie, et il a tué son frère. Pour la première fois, la mort, salaire du péché, frappait les hommes. A la jalousie et au fratricide a succédé un autre péché: le mensonge, car, à la question posée par Dieu de savoir où était Abel, Caïn a répondu: "Je ne sais pas; suis-je le gardien de mon frère?" (cf. Genèse 4:9).

Ne sous-estimons pas les effets du doute, et opposons-lui notre foi forte et vivante. Qu'il vienne à s'insinuer en nous, recevons la parole de Dieu de manière plus avide encore. C'est dans son action que nous puiserons la force de persévérer dans la foi et de résister victorieusement à toutes les tentations. Mettons les services divins à profit, car ils constituent l'occasion la plus précieuse de fortifier notre foi, d'obtenir le pardon des péchés et d'être en communion avec le Seigneur grâce à la sainte cène.

Cordialement<br/> Votre

Richard Fehr

 

Parole du mois

La langue

(Juillet 2019) La langue en dit long sur une personne. La manière dont elle parle, les mots qu’elle emploie, sa... [En savoir plus]