Parole du mois

Signes et miracles actuels

Août 2000

De nos jours aussi, le Seigneur se manifeste à son peuple par des signes et des miracles; pour les reconnaître, il faut cependant être animé de crainte de Dieu. Réclamer un signe avant de se dire disposé à croire, c'est méconnaître l'ordre divin des choses. En celui qui s'approche de l'autel, avide de salut, et qui reçoit la parole suscitée par l'Esprit dans un coeur croyant, croît et se développe cette plante précieuse qu'est la crainte de Dieu. Demeurer dans l'enseignement de Jésus, prier beaucoup, et avec ferveur, et prendre part dignement à la sainte cène, c'est favoriser l'épanouissement en soi de la crainte de Dieu et suivre un cheminement qui débouchera sur la perfection requise. Celui qui est animé de crainte de Dieu vit, de nos jours également, des signes et des miracles.

Lorsqu'il est question de miracles, la plupart des gens pensent à des guérisons physiques. Certes, le Seigneur Jésus a guéri des malades, dans le but de démontrer son pouvoir divin, mais sa mission visait un objectif tout autre: la délivrance des hommes de la servitude du malin. La guérison de l'âme n'est-elle pas, sous cet angle, un miracle plus grand que celle du corps? Or, la "pharmacie divine" regorge des remèdes les plus divers: contre le doute, l'incrédulité, et même contre la haine et l'envie.

Lorsque celui qui doute parvient à la foi et professe l'OEuvre de Dieu, lorsque le moqueur et le railleur se fait homme de prière, lorsque l'incrédule devient imitateur de Christ, ne sont-ce pas là autant de miracles? Et il y a un autre exemple encore, qui nous concerne tous: N'est-ce pas un grand miracle qu'opère le Seigneur en graciant des pécheurs?

Signes et miracles sont perçus par celui qui craint Dieu. La grâce que le Seigneur nous offre est un signe grandiose de son amour et de sa sollicitude. Lorsque, sous l'action de la parole de Dieu, la paix, la joie et l'assurance submergent nos coeurs, lorsque l'agitation du siècle présent est réduite au silence et que nous trouvons refuge dans la communion des fidèles, ce sont, à nos yeux, les signes de l'aide du Seigneur: c'est lui qui dirige nos pas. Lorsque la certitude que confère la foi nous fait avancer à pas sûrs vers le but, que nous avons la grâce de persévérer dans la foi et l'imitation, et que nous sommes capables de vaincre progressivement nos faiblesses, ne sont-ce pas là autant d'interventions miraculeuses de Dieu en notre âme?

Le plus grand de tous les miracles se produira lorsque le Fils de Dieu reviendra, et que nous aurons la grâce d'entrer dans la gloire éternelle!

Cordialement<br/> Votre

Richard Fehr

 

Parole du mois

À toute force

(Novembre 2019) Le Saint-Esprit agit puissamment – autrefois, aujourd'hui et aussi demain. Le Saint-Esprit met... [En savoir plus]