Parole du mois

Guéris par ses meurtrissures

Mai 2000

Beaucoup de sacrifices ont été consentis au cours de l'histoire de l'humanité, mais aucun n'est comparable à celui de Jésus-Christ. Les hommes qui, en cas de catastrophe naturelle, d'épidémie ou d'un quelconque autre péril, risquent leur vie pour aider et sauver les victimes, forcent l'admiration et le respect. Le sacrifice de Christ a cependant une valeur bien supérieure encore: En mourant sur la croix, le Fils de Dieu, impeccable et donc à vrai dire immortel, s'est chargé des péchés du genre humain, réconciliant ainsi le monde avec Dieu.

Plus de sept cents ans avant cet événement, le prophète Esaïe évoquait déjà l'acte salvateur unique du Rédempteur, en les termes suivants: "Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris." (Esaïe 53: 4,5).

Que signifie: "Le châtiment est tombé sur lui"? Dieu a fait peser la "correction" sur lui de manière qu'il paie pour nous, en vue de notre salut et de notre paix. Le sacrifice de Jésus rend possible le retour vers Dieu de l'homme tombé dans le péché et l'être humain est libre d'accepter ou non cette offre.

Quelle consolation de savoir que "c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris"! Le Seigneur a été cruellement torturé; aux souffrances physiques s'est ajoutée la déception: même ses disciples n'avaient pas compris le sens de sa mission! Il était au plus bas en cette heure angoissante où Dieu s'est retiré de lui dans le but de donner une valeur pleine et entière à son sacrifice, afin que nul ne puisse jamais l'accuser d'avoir été favorisé par l'apport de la puissance divine. Jésus s'est chargé du fardeau le plus lourd qui soit, portant, pour mourir, le péché du monde en vue de notre salut! En quoi consiste donc notre salut opéré par ses meurtrissures? Avant toute autre chose, en le pardon des péchés, mais aussi en l'augmentation de notre foi sous l'action de la parole opportune de Dieu, en la réception de la grâce, du secours, des forces, des joies et de la paix d'en haut, et en la participation à la sainte cène qui nous garantit l'étroite communion de vie avec le Fils de Dieu.

"Nous étions tous errants comme des brebis, est-il encore dit dans le livre d'Esaïe, chacun suivait sa propre voie; et l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous." C'est seulement par le sacrifice de Christ qu'a été tracé le chemin sur lequel le bon berger précède ses brebis pour les conduire aux fraîches eaux, sur de verts pâturages. Car les choses ne se sont pas arrêtées à la crucifixion: Jésus-Christ est ressuscité, vainqueur de l'enfer, du tombeau et de la mort, et il reviendra pour prendre les siens auprès de lui, dans la gloire éternelle.

Cordialement<br/> Votre

Richard Fehr

 

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]