Parole du mois

Prenons la fuite.

Décembre 1999

Dans son évangile l'apôtre Matthieu ne relate pas seulement la joie qui régnait dans les cieux et sur la terre à la naissance de Jésus, le Rédempteur et Sauveur, mais il rapporte aussi le fait que la vie du nouveau-né était en grand danger. Le roi Hérode, informé de la naissance du nouveau roi par les mages d'orient craignit pour son trône et ordonna de tuer à Bethléem tous les garçons âgés de moins de 2 ans. Mais l'ange apparut à Joseph et lui ordonna de fuir en Egypte avec sa famille: Ainsi, à peine Jésus était-il né, il dut fuir pour échapper à l'esprit meurtrier et sauver sa vie.

Pour nous enfants de Dieu, cet aspect de l'histoire de Noël nous amène à nous poser la question suivante: Que devons-nous fuir pour assurer notre vie éternelle? Car cette vie-là aussi est en danger! Comme autrefois, le méchant met en jeu toute sa puissance pour empêcher la réconciliation des hommes avec Dieu, alors que cette réconciliation a été rendue possible par le sacrifice de Jésus sur la croix.

En premier lieu, il importe de fuir le péché. Il nous guette partout; il y a tant de choses qui séparent les hommes de Dieu. C'est pourquoi il faut fuir le péché et accepter l'offre toujours renouvelée de la grâce divine. Dans les bras du Père céleste, le danger est écarté et nous sommes en sécurité.

Prenons la fuite aussi quand la tristesse veut s'installer en nous. Elle nous ravit la joie en le Seigneur qui est pourtant notre force. L'apôtre Paul écrivit: "Je m'en réjouis et je m'en réjouirai encore." (cf Philippiens 1:18). C'est cela qui importe: s'efforcer de fuir la tristesse pour gagner la joie dans le Seigneur et son OEuvre.

Celui qui veut sauver sa vie éternelle doit aussi fuir le doute. Que de choses sont sujettes au doute aujourd'hui! Beaucoup de ce que nous croyons ne peut être prouvé, c'est bien pourquoi nous croyons. Qu'il est beau d'avoir si souvent l'occasion de faire l'expérience de notre foi. Cela nous donne la confiance dans l'oeuvre de grâce de Dieu, renforce notre assurance et notre espoir. Nous y trouvons la force de fuir le doute et l'incrédulité.

Il faut aussi fuir la discorde. Les occasions de frictions, querelles et disputes sont légions, de même que les causes d'inimitié. Evitons-les, réfugions-nous dans la paix qui nous est renouvelée chaque fois que nous nous tournons vers Dieu et sa grâce.

A peine né, Jésus dut fuir pour sauver sa vie. Nous aussi, qui sommes nés à nouveau, devons fuir tout ce qui nous sépare de Dieu. Sauvons notre vie éternelle en fuyant vers le Seigneur et son autel.

Je vous souhaite à tous un temps de l'Avent et de Noël rempli de paix et de bénédiction

Cordialement<br/> Votre

Richard Fehr

 

Parole du mois

Les meilleures places

(Août 2019) Dans les médias d’information, les notations sont très appréciées et font partie des communications... [En savoir plus]