Parole du mois

Être aimé

Février 2018

Les jeunes gens qui n’ont jamais été aimés au cours de leur vie, qui ne l’étaient pas dès leur enfance, qui ont dû grandir sans amour maternel, dans un foyer qui ne leur offrait ni amour ni cocon protecteur, qui n’y ont connu que froideur et désintérêt, présentent souvent une personnalité instable. Ils sont des proies faciles pour des personnages louches qui leur promettent reconnaissance et succès, mais les entraînent sur la mauvaise pente. Si ces jeunes gens tombent alors dans la délinquance, les juges parlent souvent de leurs antécédents sociaux défavorables : c’est comme si leur marginalisation était écrite d’avance.

Sur le plan spirituel, on peut observer des tendances comparables, à savoir des êtres humains qui s’empêtrent toujours plus dans le péché, parce qu’ils n’ont jamais expérimenté l’amour de Dieu. Leur chemin vers la marginalisation, l’éloignement de Dieu, la séparation éternelle d’avec Dieu, semble tracé à l’avance. Or, c’est là précisément que commence notre mission : Discerner, dans le pécheur, celui qui pèche pour la seule raison qu’il n’a jamais connu l’amour de Dieu, nous tourner vers lui, afin qu’il puisse expérimenter cet amour au cours de sa vie, pour qu’en fin de compte, il puisse laisser monter en lui l’aspiration au salut et à la rédemption, à l’affranchissement de la servitude du péché, pour avoir fait l’expérience de l’amour de Dieu.

Car une chose est sûre : Plus cette expérience de l’amour de Dieu est forte, plus la propension au péché diminue et s’affaiblit.

Pistes de réflexion extraites d’un service divin de l’apôtre-patriarche

Parole du mois

La communauté transformée

(Novembre 2018) Un aphorisme connu et cité en de maintes occasions de Friedrich Nietzsche au sujet de la chrétienté... [En savoir plus]