Parole du mois

Relation perturbée

Novembre 2016

Lorsque les Hébreux ont été déportés en Babylonie, ils n’avaient plus la possibilité d’adorer Dieu dans le temple et de lui apporter leurs sacrifices.  Le culte, tel qu’ils le connaissaient, était devenu impossible pour eux, parce qu’ils étaient coupés du sanctuaire qui se trouvait à Jérusalem. Même si leur relation à Dieu n’était pas interrompue pour autant, elle était cependant perturbée. Beaucoup de chrétiens ont une relation perturbée à Dieu. Ils ont beau être baptisés et membres du corps de Christ, ils n’en sont pas moins intérieurement éloignés de Dieu. L’Église et le service religieux n’ont pas d’importance à leurs yeux.

Ils sont nombreux aussi, les chrétiens néo-apostoliques qui ont sous-estimé leur élection. Ils ont certes reçu les sacrements, mais le service divin n’importait pas pour eux. Ils avaient encore une relation à Dieu – leur filiation divine n’ayant pas été remise en cause -, mais cette relation était perturbée. En l’absence de fréquentation des services divins et de la réception régulière de la sainte cène, la communion étroite avec le Seigneur ne peut être maintenue. N’étant plus entretenue par la participation à la sainte cène, la communion avec Christ souffre et s’en trouve perturbée. Pour les âmes qui rejoignent l’autre monde dans un tel état, la relation à Dieu reste perturbée là-bas aussi. Elles ressemblent à la brebis égarée de la parabole de Jésus.

Aplanissons-leur la voie au moyen de nos prières d’intercession, afin qu’elles puissent retrouver la communion étroite avec celui qui les aime d’un amour éternel.

Pistes de réflexion extraites d’un service divin de l’apôtre-patriarche

Parole du mois

Devoir et avoir

(Décembre 2019) La dernière page du calendrier nous rappelle que l’année prendra fin de manière irréversible dans... [En savoir plus]