Parole du mois

Proclamer l’Évangile avec le Seigneur

Août 2014

C’est une parole étonnante que j’ai trouvée dans l’Évangile selon Jean. L’apôtre Thomas y dit ceci : « Allons aussi, afin de mourir avec lui. » Elle n’est pas très encourageante et n’ouvre aucune perspective réjouissante, mais elle n’en est pas moins une des belles paroles qui figurent dans les Évangiles. Elle se rapporte à un moment particulier de la vie de notre Seigneur Jésus.

Peu avant son calvaire, Jésus a été appelé à se rendre à Béthanie où vivaient Marie, Marthe et Lazare, parce que ce dernier, qui était son ami, était tombé malade : « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. » Il a dit à ses disciples : « Retournons en Judée », mais ils lui ont répondu : « Rabbi, les Juifs tout récemment cherchaient à te lapider, et tu retournes en Judée ! » Il faut dire que les Juifs avaient cherché à le tuer à plusieurs reprises. Ses disciples ne comprenaient plus rien à rien : d’une part, Jésus voulait retourner en Judée, bien que ce fût dangereux pour lui, et, d’autre part, il voulait se rendre au chevet de Lazare, bien que celui-ci fût décédé entre-temps. Tout cela n’avait plus de sens à leurs yeux. Alors Thomas a dit : « Allons aussi, afin de mourir avec lui. » Par ces paroles, Thomas a encouragé ses condisciples à suivre le Seigneur dans la mort.

Ne laissons pas le Seigneur aller proclamer l’Évangile seul, mais allons avec lui. Jésus se trouvait dans une situation particulière, et ses disciples aussi. Il avait un message à communiquer que personne ne voulait écouter, pire, c’était même dangereux pour lui de proclamer l’Évangile. Or, il faut que le message de l’Évangile soit proclamé, car Dieu veut que les hommes l’entendent !

De nos jours, l’Évangile ne suscite pas l’adhésion générale. On ne cherche certes pas à nous lapider, mais nous rencontrons de vives résistances. On veut nous faire comprendre que l’Évangile n’est plus d’actualité. Croire que Jésus va revenir n’est pas dans l’air du temps. Ce n’est pas non plus dans l’air du temps que d’affirmer que nous avons besoin du pardon des péchés. Il n’est pas dans l’air du temps de dire qu’il existe des apôtres vivants. Ce message est une pierre d’achoppement pour beaucoup d’hommes. Or, le monde a besoin de ce message. Même s’il ne se trouve que peu d’hommes qui soient disposés à l’entendre, ce message doit continuer à être proclamé, et c’est à cette fin que le Seigneur a besoin de nous. Allons donc avec le Seigneur pour proclamer l’Évangile ! Ses disciples, bien que connaissant le risque lié à cette démarche, y étaient disposés : Si le Seigneur était arrêté, cela leur vaudrait, à eux aussi, un certain nombre de désagréments.

Nous pourrions adopter aujourd’hui la position suivante et dire : Nous sommes chrétiens, nous sommes néo-apostoliques, mais nous ne le disons à personne ; dès lors, on nous laissera en paix, car, de toute façon, personne ne veut nous écouter. Non, ne nous cachons pas ! Professons notre foi au contraire et disons-le : Nous sommes chrétiens, nous croyons en Jésus-Christ ; pour nous, l’Évangile est la vérité divine, nous croyons au retour de Jésus-Christ, nous croyons à l’envoi et à la mission de ses apôtres ! Allons proclamer l’Evangile avec Jésus et professons notre foi ! Voilà ce que Thomas avait compris et ce à quoi il avait encouragé les autres disciples. Allons avec Jésus, même si cela comporte des risques, même si cela nous vaut des désagréments, même si on nous adresse des sourires condescendants et même encore si on nous agresse.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)

Parole du mois

Les meilleures places

(Août 2019) Dans les médias d’information, les notations sont très appréciées et font partie des communications... [En savoir plus]