Parole du mois

Espère en Dieu !

Mai 2014

Dans les Psaumes, il y a souvent des paroles qui témoignent du fait que le psalmiste ne va pas bien. Il a de grands soucis, il est attristé et s’adresse à Dieu : « Pourquoi m’oublies-tu ? Pourquoi dois-je marcher dans la tristesse ? » Quotidiennement, ses ennemis lui disent, en le critiquant : « Où est ton Dieu ? » Cependant, le psalmiste se donne lui-même la réponse : « Pourquoi t’abas-tu, mon âme, et gémis-tu au-dedans de moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ; Il est mon salut et mon Dieu. »

Je sais que de nombreux frères et sœurs croyants traversent de telles situations. Ils ne se sentent pas bien, ils subissent l’injustice, traversent des épreuves difficiles, vivent la souffrance et la maladie. Dans ces moments, il peut arriver que nous nous posions la question : « Bon Dieu, pourquoi m’as-tu donc oublié ? Qu’ai-je fait de mal ? Où es-tu donc ? » Nos contemporains, peut-être dans notre cercle le plus intime, nous disent : « Où est donc ton Dieu maintenant ? Qu’y as-tu gagné ? » L’Esprit de Dieu nous donne la réponse : « Espère en Dieu ! »

Espérer en Dieu signifie : rester ferme dans la foi en l’aide de Dieu. Malgré toutes les contradictions avec ce que nous pouvons vivre et voir : Nous restons fermes dans la foi, car Dieu nous aidera ! C’est cela, espérer en Dieu.

Le Seigneur Jésus a dû vivre des choses similaires, il a annoncé sa mort sur la croix à ses disciples et leur a expliqué ce qui devait se passer. En tant qu’homme, il a lui aussi compris de plus en plus ce qui l’attendait. Car il est en même temps vrai homme et vrai Dieu (CÉNA 3.4). Il a dit : « Maintenant mon âme est troublée. Et que dirais-je ?… Père, délivre-moi de cette heure ?… Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure. Père, glorifie ton nom ! » On ressent ici tout le poids qui pesait sur Jésus à ce moment. Et une voix est venue du ciel : « Je l’ai glorifié, et je le glorifierai encore ».

Lorsque nous sommes profondément abattus, que ce soit à cause des nombreuses difficultés, des injustices, de la peine, de la souffrance, de tout ce que nous vivons, notre première pensée est : « Seigneur, délivre-moi de cette heure ! » Et si l’aide ne vient pas alors, nous sommes d’autant plus abattus. La question se pose alors : « Que dois-je dire à ce sujet ? » Dans cet instant, le Seigneur Jésus s’est concentré sur son but : « C’est précisément pour cette heure que je suis venu ! » Même dans la détresse la plus profonde, posons-nous toujours les questions suivantes : « Quel est mon but ? Qu’est-ce que je souhaite ? Quelle est ma mission ? Pourquoi suis-je un enfant de Dieu ? » Et la réponse nous vient alors : Je veux aller auprès du Père. Je veux entrer dans la communion éternelle avec Dieu, c’est pour cela que je suis là. Pourquoi suis-je un chrétien ? Pour rendre témoignage, pour montrer et prouver au monde entier que je veux rester fidèle au Seigneur et le suivre, même dans cette situation. Tel est la nature, le sens et le but de notre état de chrétien : Rester obéissant au Père même dans les situations les plus difficiles, le suivre et nous concentrer sur notre but : « Je veux rentrer à la maison, je veux aller auprès du Père, je veux être en communion éternelle avec le Seigneur Jésus. »

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)

Parole du mois

À toute force

(Novembre 2019) Le Saint-Esprit agit puissamment – autrefois, aujourd'hui et aussi demain. Le Saint-Esprit met... [En savoir plus]