Parole du mois

Encore un tour ?

Février 2014

Le message de la Pentecôte 2013, que l’apôtre-patriarche Wilhelm Leber nous a communiqué dans la plénitude de son ministère, était le suivant : « Voici, ton Sauveur arrive ! ». Depuis, cette promesse nous accompagne chaque jour.

Quelques mois se sont écoulés, et on pourrait dire que c’est désormais de l’histoire ancienne. Nous sommes en 2014, et, depuis la Pentecôte 2013, rien d’essentiel n’a changé. Notre salut, que nous attendons tous, n’est pas encore arrivé. Les choses n’ont pas changé ! Tout est comme par le passé ! Et qu’en est-il de la promesse ? Rien n’a changé.

Cela ne nous rappelle-t-il pas quelque chose ? L’apôtre qui, dans son épître, s’est penché sur ces voix, y a donné une réponse très claire : Ne vous méprenez pas ! Le jour du Seigneur viendra, et il viendra comme un voleur, de façon aussi subite et inattendue.

Pensons à l’histoire de la prise de Jéricho : Les Israélites avaient mis le siège devant Jéricho, mais la ville était barricadée : personne n’en sortait et personne n’y entrait. Dieu a dit à Josué : « Fais faire une fois le tour de la ville à tous les hommes de guerre. Tu feras ainsi pendant six jours ». C’est ce qu’ils ont fait, mais rien ne s’est produit, absolument rien.  

Ils ont fait le tour de la ville le premier jour, le deuxième, le troisième, le quatrième, le cinquième et le sixième jour, mais rien ne s’est produit. Qu’ont bien pu penser les habitants de Jéricho en voyant cette étrange procession ? Peut-être au début se sont-ils pressés, curieux, sur les murs de la ville, pour observer le spectacle d’en haut : « Regardez, qu’espèrent-ils donc obtenir en faisant ainsi le tour de nos murs ? »

Le second jour, même scénario : « Ils sont toujours là et marchent à nouveau autour de la ville. »

Le troisième jour, exactement la même chose. Les premiers seront progressivement retournés chez eux, car il ne se passait rien. Il y avait, en contrebas, ces drôles d’étrangers qui faisaient le tour de la ville, au sujet desquels on ne pouvait que secouer la tête : Combien de temps allaient-ils encore continuer de cette sorte ? Et dans quel but ?

Le septième jour, les Israélites ont fait sept fois le tour de la ville. Je pense souvent à cette image : Bien que la situation n’eût absolument pas changé durant six jours, ils ont continué malgré tout. Et le soulagement est arrivé d’un seul coup : le mur est tombé !

« Voici, ton Sauveur arrive ». Même si rien n’a changé depuis la Pentecôte, même si, depuis, dans notre vie de foi, nous avons fait quelques « tours », au sens figuré, même si l’un ou l’autre est déçu et nourrit la pensée suivante : « Combien de temps encore ? », nous ne renoncerons pas ! Nous avons reçu la promesse, et nous la gardons fermement. Tel Josué. Elle s’accomplira, c’est certain.

Je ne peux malheureusement pas dire au peuple de Dieu : « Il vous reste seulement deux ou trois tours à parcourir, mais je peux vous assurer, dans la puissance du ministère d’apôtre-patriarche, que le jour du Seigneur viendra ! Ne renoncez pas, restez confiants, votre Sauveur arrive !

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)

Parole du mois

À toute force

(Novembre 2019) Le Saint-Esprit agit puissamment – autrefois, aujourd'hui et aussi demain. Le Saint-Esprit met... [En savoir plus]