Parole du mois

Être préparé

Décembre 2013

En cette période de l’Avent, nous nous préparons à la fête de Noël, c'est-à-dire à la célébration de la première venue de Jésus-Christ dans la modicité : en tant que nouveau-né, Jésus est couché dans une crèche, il n’y a même pas un lit de disponible pour lui. De nos jours, les maisons et les pièces sont parées de décorations de fête, on achète des cadeaux de Noël et on apprend des chants pour Noël. On se réjouit en vue de la rencontre la veille de Noël et du service divin le jour de Noël. Ce faisant, ne perdons pas de vue la seconde venue du Seigneur, savoir son retour.

Le Seigneur a dit qu’il reviendrait lorsque nous ne nous y attendrons pas. Il a clairement dit que son retour était étranger à tout calcul humain. Personne ne peut dire quand le Seigneur reviendra.

Dans les Saintes Écritures, nous trouvons des exemples de personnes qui ont été surprises parce que les choses ne se sont pas déroulées comme elles le pensaient : il y a par exemple le serviteur qui pensait que son maître ne reviendrait pas avant longtemps. Il est devenu négligent et s’est comporté de façon condamnable. Il n’était pas préparé au retour de son maître.

Celui qui ne croit plus au retour imminent de Christ court le risque de ne plus s’y préparer suffisamment. Se préparer au retour du Seigneur, c’est faire mourir l’ancienne créature et permettre à la vie divine de se développer. Il s’agit donc d’être prêt à revoir notre comportement et à surmonter certains traits de caractère qui déplaisent à Dieu. Notre préparation a débuté le jour du saint-scellé, lorsque l’amour de Dieu a été répandu dans notre cœur. Par les apôtres, le Saint-Esprit le poursuit, en faisant croître en nous cet amour. Un enfant de Dieu qui aime le Seigneur en toute pureté et en toute sincérité aspire à son retour et s’y prépare en permanence. Et il ne sera pas surpris par son retour.

La préparation au retour de Christ implique que les fruits de l’Esprit, tels que les décrit l’apôtre Paul dans l’épître aux Galates, soient visibles sur nous. Le Seigneur voudrait que nous soyons des hommes aimants, doux et patients, et que nous mettions notre amour, notre douceur et notre patience à son service et au service de son Église.

La préparation de notre âme au retour de Christ prend du temps et nous force à prendre des décisions. Il nous faut parfois renoncer à certaines choses, pas parce qu’elles sont mauvaises, mais afin de pouvoir accorder suffisamment de temps au salut de notre âme. Nous prions sans cesse que le Seigneur revienne. Au jour du Seigneur, les morts ressusciteront, nous serons transmués et enlevés pour aller à sa rencontre ; c’est déjà ce qu’a attesté l’apôtre Paul. Malgré toute la préparation bénie en vue de la fête de Noël, ne perdons pas de vue le plus important : la préparation en vue du retour de Christ. Ménageons-nous du temps pour le salut de notre âme, montrons les fruits de l’Esprit et surmontons ce qui déplaît à Dieu. Alors le Seigneur pourra venir par surprise : nous serons prêts !

(Extrait d’un service divin de l'apôtre-patriarche)

Parole du mois

La langue

(Juillet 2019) La langue en dit long sur une personne. La manière dont elle parle, les mots qu’elle emploie, sa... [En savoir plus]