Parole du mois

Glorifier le Père

Juillet 2013

Dans la prière sacerdotale, Jésus fait la prière suivante : « Je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée à faire. » C’est pour ainsi dire le résumé de la vie de Jésus-Christ. Jésus s’est concentré sur son Père et sur la volonté de son Père. De quelle manière a-t-il donc glorifié son Père ? Souvenons-nous de certains événements particuliers, où l’on peut dire que Jésus a glorifié son Père au travers de ces actes. Pensons à la tentation dans le désert, lorsqu’il a su résister au diable, et lorsque Jésus a apporté le sacrifice en donnant sa vie pour l’humanité. Il a ainsi glorifié Dieu par ses actes particuliers. Cependant, dans ses paroles de la prière sacerdotale, il ne pensait certainement pas uniquement à ses actes grandioses, mais aussi à tout ce qu’il a fait de petit.

À quel moment Jésus a-t-il glorifié son Père dans les petites choses ? Nous trouvons quelques récits à ce sujet dans la Bible. À l’âge de douze ans, lorsque ses parents le cherchaient et qu’ils l’ont finalement trouvé dans le temple, il leur a dit : « Ne savez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? » Il a glorifié son Père par sa disposition : Je dois être dans la maison de Dieu. Nous pouvons le faire également. Glorifions nous aussi notre Dieu. Lorsque Jésus a glorifié son Père, il a lui-même été glorifié à son tour par Dieu, au travers de sa résurrection et de son ascension. Telles étaient les répercussions de sa glorification de Dieu. Si nous glorifions Dieu aujourd’hui avec tous nos moyens, Jésus et son Père nous glorifieront à l’instant où nous quitterons cette terre et où nous pourrons être en toute éternité auprès de lui.

Il est important que nous fassions de notre mieux pour glorifier notre Père céleste et son Fils.

Revenons néanmoins à cette question : Comment pouvons-nous glorifier Dieu ? Nous pouvons le faire dans les petites choses, il n’est pas nécessaire que ce soient toujours de grandes œuvres ou des actes proches des miracles. Tel Jésus, nous pouvons, nous aussi, avoir cette disposition de vouloir être proche de Dieu aussi souvent que possible. Cela peut être lors des services divins ou dans nos prières. Nous glorifierons ainsi notre Père céleste. J’aimerais citer un autre exemple de la façon dont Jésus a

glorifié son Père dans les petites choses. Quelqu’un est un jour venu le trouver pour lui demander : « Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? » Le titre de « bon maître » a incité Jésus à répondre : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul. » Par conséquent, il ne voulait pas être loué lui-même, mais, en toutes choses, même les plus petites, il rendait gloire à Dieu. Ne pouvons-nous pas, nous aussi, le faire ? Lorsque nous vivons quelque chose de merveilleux, de grandiose, notamment lorsque nous vivons l’aide de Dieu, ne pensons pas alors que c’est notre mérite, et que nous l’avons mérité. Non, regardons alors vers le ciel et disons : C’est là l’œuvre de Dieu, il nous accorde son aide et son soutien.

J’aimerais évoquer un autre événement. Jadis, une femme a été amenée devant le Seigneur Jésus, car elle avait commis le péché d’adultère. Les gens l’accusaient, et qu’a fait Jésus ? Il lui a pardonné. Il a ainsi glorifié son Père céleste, afin qu’il accorde sa grâce. Agissons également de même. Nous rencontrons aussi parfois des difficultés, il y a des problèmes au sein de la communauté ou de la famille, il y a des malentendus. Je vis sans cesse que ce n’est pas si simple. Cependant, nous glorifions Dieu si nous sommes toujours disposés à pardonner.

Lorsque Jésus est venu dans le temple et qu’il a vu que les gens y faisaient du commerce, il s’est mis en colère, et il a jeté hors du temple ces vendeurs et ces changeurs, qui utilisaient le temple de Dieu de façon abusive pour leurs propres desseins. À cet instant aussi, il a glorifié son Père céleste. Il a fait comprendre aux gens qu’il n’était pas possible de faire du temple de Dieu une vulgaire place du marché, une « caverne de voleurs », bien qu’il était dans les habitudes juives de ne pas laisser pénétrer d’argent païen au cœur du temple. Le temple de Dieu est cependant sacré, et il doit le rester. Ne permettons à aucun esprit de déranger cette sainteté dans nos cœurs. Glorifions Dieu en gardant saint tout ce qui se passe dans la maison de Dieu et tout ce qui a trait aux services divins. Parfois, certaines choses montent en notre cœur qui se tournent à l’encontre de la sainteté de Dieu : par exemple, lorsque nous ne sommes pas satisfaits de la conduite de Dieu ou lorsque nous ménageons de l’espace à nos propres avis et façons de voir ; tout cela, ce sont des « tables » qu’il nous faut renverser et jeter hors de nos cœurs, afin que la sainteté puisse à nouveau entrer dans notre cœur.

Nous voyons ainsi que le fait de glorifier Dieu est un travail qui nous incombe jour après jour. Glorifions Dieu en recherchant la communion étroite avec Dieu et son Fils au travers des services divins et dans la prière ; soyons toujours disposés à pardonner et gardons saint ce qui est saint dans nos cœurs. Que cela soit notre tâche quotidienne : glorifier notre Père céleste dans les petites choses et dans les choses quotidiennes.

(Extrait d’un service divin de l'apôtre-patriarche Leber)

Parole du mois

La langue

(Juillet 2019) La langue en dit long sur une personne. La manière dont elle parle, les mots qu’elle emploie, sa... [En savoir plus]