Parole du mois

La sainte cène au cœur de la communauté

Avril 2013

Lorsque nous célébrons la sainte cène, nous annonçons le sacrifice de Christ. De nos jours, la morale et l’éthique ont beaucoup d’importance. Malheureusement, tout est ramené à cela : « Pratique le bien, améliore-toi, et tout se passera bien ! » Cela signifie que, si tu es moralement intouchable, si tu as une disposition éthique correcte et que tu orientes ta vie d’après celle-ci, tout sera bien, et tu trouveras la voie qui mène à Dieu. Cela n’est pas faux, la morale et l’éthique sont bien sûr nécessaires, mais elles ne sont pas suffisantes. L’éthique et la morale ne conduisent pas à Dieu. Pour arriver à la communion avec Dieu, nous avons absolument besoin du sacrifice de Christ. Lorsque nous célébrons la sainte cène, nous célébrons le sacrifice de Christ, et nous soulignons ainsi à quel point le sacrifice de Christ est nécessaire au salut. C’est un point essentiel de l’Évangile et de la doctrine chrétienne : nous avons absolument besoin du sacrifice de Christ pour parvenir dans la communion avec Dieu.

Certains chrétiens rétorqueront : « J’ai besoin de la sainte cène deux fois par an ou, tout au plus, une fois par mois ! » Sommes-nous encore crédibles, si le sacrifice de Christ ne nous semble pas si important ? Lorsque les chrétiens, lorsque les enfants de Dieu n’éprouvent plus ce besoin de prendre part à la sainte cène, ils ne sont plus crédibles. Par contre, lorsque la communauté a fêté la sainte cène et qu’elle est heureuse et reconnaissante à l’égard de Dieu, on se rend compte : Oui, ils sont heureux de pouvoir recourir au sacrifice de Christ !

Lorsque nous célébrons la sainte cène, nous célébrons également la victoire du Seigneur. Humainement, tout était perdu le vendredi saint, tout était terminé à la croix. Et pourtant, le Seigneur a vaincu l’enfer et la mort. Nous en témoignons, et cela nous fortifie. Lorsque nous célébrons la sainte cène, c’est comme si, au sein de la communauté, l’un disait à l’autre : « Ne te fais pas de souci, le Seigneur Jésus a remporté la victoire ! Il vaincra également à l’avenir. » Nous partageons cette certitude de la victoire du Seigneur. Portons cependant ce message au loin. Lorsque les communautés sont vides, c’est qu’on ne croit plus tellement à la victoire du Seigneur.

Le Seigneur Jésus a instauré la sainte cène dans le cercle des apôtres. Par conséquent, lorsque nous célébrons la sainte cène – au sein de l’Église néo-apostolique, nous célébrons la sainte cène parmi et avec les apôtres –, nous professons : « Nous avons trouvé le Seigneur dans l’apostolat ! » C’est quelque chose de particulier. Cela a des répercussions vers l’extérieur, lorsque les fidèles d’une communauté célèbrent ensemble la sainte cène et que celle-ci est au cœur de la communauté. Il est dit : « Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. »

Par conséquent, nous annonçons la mort et la victoire du Seigneur. Et nous annonçons la puissance de l’amour. Si Jésus a remporté la victoire, il l’a fait par la puissance de l’amour. L’amour a tout surmonté. L’amour de Dieu pour les hommes, l’amour du Fils pour les hommes et pour son Père, a conduit à la victoire. Célébrer la sainte cène, c’est célébrer la puissance de l’amour.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche adjoint)

Parole du mois

À toute force

(Novembre 2019) Le Saint-Esprit agit puissamment – autrefois, aujourd'hui et aussi demain. Le Saint-Esprit met... [En savoir plus]