Parole du mois

Processus de transformation

Juin 2011

Dans une parole de Samuel adressée au roi Saül, il est question du Saint-Esprit, ce même Esprit qui est descendu à la Pentecôte sur les disciples, réunis à Jérusalem. Samuel avait pour mission d’oindre Saül roi. Le prophète avait ensuite prédit l’avenir au futur roi, en lui donnant de nombreuses indications, notamment cette parole : « L’Esprit de l’Éternel te saisira, tu prophétiseras avec eux ». Il est ici question d’un groupe de prophètes que Saül rencontrerait, avec lesquels le roi devrait prophétiser, c’est-à-dire se comporter comme ces prophètes. Au temps de l’Ancienne Alliance, il existait des groupes de prophètes qui parcouraient le pays en prédisant l’avenir et qui proféraient également des paroles prophétiques. Étant donné que le Saint-Esprit doit intervenir dans notre parole biblique, traduisons le terme de « prophétie » par celui d’« enthousiasme » : D’après la parole, le Saint-Esprit nous fait ainsi dépasser les choses naturelles pour nous conduire vers d’autres, plus élevées. Puis le prophète a annoncé au roi : « (…) et tu seras changé en un autre homme. » C’est là l’effet du Saint-Esprit : dans un premier temps, il y a la prophétie et l’enthousiasme, puis le changement en un autre homme.

J’aimerais souligner ce dernier point : Le Saint-Esprit suscite la transformation, le changement, et fait en sorte que l’on devienne un autre homme. C’est l’efficacité du Saint-Esprit, c’est la Pentecôte. Au cours de notre vie, nous sommes accaparés par les choses terrestres, mais lorsque ce processus de transformation commence, et que le Saint-Esprit agit, les choses spirituelles occupent une place de plus en plus importante en nous. D’un point de vue naturel, nous avons reçu une saine part d’égoïsme à la naissance ; toutefois, sous l’activité du Saint-Esprit, nous avons le désir de devenir une source de bénédiction pour autrui. Dès lors, l’égoïsme et l’égocentrisme tiennent une place de plus en plus réduite, et le souhait d’être disponibles pour autrui une place de plus en plus grande en nous : c’est un processus de transformation. C’est ainsi qu’agit le Saint-Esprit en vue d’obtenir ce résultat. Certes, cela ne signifie pas que nous devions renoncer à toutes les choses terrestres, mais les choses éternelles sont notre priorité.

L’activité du Saint-Esprit suscite un processus de transformation, de sorte que d’une colère, peut-être compréhensible d’un point de vue humain, résulte le souhait d’une disposition à la réconciliation, et le changement opéré par le Saint-Esprit transforme le découragement en courage nouveau. Tout cela constitue l’efficacité du Saint-Esprit, et il se produit ce qu’évoque la parole biblique : L’on peut devenir un autre homme.

Ce n’est pas un changement apparent, mais la transformation intérieure de l’homme en une personnalité de foi, c’est-à-dire en un homme de foi et de paix, d’espérance et d’attente silencieuse. Cela se verra dans notre entourage, ce sera une sorte d’« image de marque », de caractéristique qui nous définit.

Donnons de plus en plus d’espace au Saint-Esprit, afin que ce changement soit visible, que nous devenions des hommes de foi, de paix et d’espérance, et que nous atteignions la perfection. Que notre cœur soit sans cesse empli de la force du Saint-Esprit.

(Extrait d’un service divin de l'apôtre-patriarche)