Parole du mois

Prendre des décisions claires

Mars 2011

Jésus a déclaré un jour qu’un royaume ne pouvait pas subsister s’il était divisé contre lui-même (cf. Matthieu 12 : 25). L’histoire en relate de nombreux exemples. Beaucoup de royaumes et de pays ont déjà disparu, parce qu’ils étaient divisés et ne pouvaient se décider sur des points importants. À partir de cette pensée, le Seigneur fait le constat suivant : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse. » C’est une parole de la plus haute importance ! Cela signifie pour nous que nous devons prendre une décision claire, à savoir celle d’être pour ou contre le Seigneur. Beaucoup de gens préfèrent éviter d’avoir à prendre des décisions claires. Ils se situent entre deux positions divergentes, penchant tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, en fonction de l’avantage qu’ils en espèrent. Ou alors ils essaient de prendre une position neutre. Dans notre relation au Seigneur, nous n’avons pas cette possibilité : Nous ne pouvons pas nous retrancher derrière une attitude neutre. De la même façon, l’être humain ne peut pas avoir une attitude « neutre » à l’égard de Dieu. Il ne peut faire qu’un seul choix. Jésus a dû dire à ses contemporains : « Si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. »

Parfois, nous prenons des décisions que nous n’assumons cependant pas entièrement. Cela s’en ressent tôt ou tard, car de telles décisions ne durent pas dans le temps.

Le manque de détermination dans notre vie de foi pourrait finalement tout remettre en question. Nous ne pouvons pas être à moitié auprès du Seigneur et à moitié ailleurs. Se décider pour le Seigneur, c’est conformer toute sa vie à son enseignement, à l’évangile. Certes, nous n’y réussissons pas toujours parfaitement, mais nous nous y efforçons. Éprouvons notre cœur, pour savoir si nous sommes et restons cohérents dans notre décision pour le Seigneur, et tout aussi cohérents dans notre refus de Satan, de ses œuvres et manifestations. Là encore, nous n’avons d’autre choix que de prendre une décision claire.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)