Parole du mois

Perfection

Juillet 2010

Le terme de perfection a quelque chose d’inquiétant. On comprend qu’il est sous-tendu par une grande exigence : On nous demande de parvenir à la perfection, à la dignité, de vaincre des choses et d’être prêts pour le retour de Christ. Or, en considérant nos fautes et nos faiblesses, nous prenons peur : « Comment faire pour parvenir à la perfection requise ? » Certes, nous ne pourrons jamais dire, à juste titre : « Je suis parfait ! » Dans ses paraboles, le Seigneur avait montré qu’il y a des différences. Dans la parabole du semeur et des terrains, il avait dit que même la bonne terre a des rendements variés : un grain peut en donner trente ou soixante ou cent. Il existe donc des différences et des nuances. Notre souci, qui procède de la connaissance qu’il nous est impossible d’être parfaits en toutes choses, est donc infondé. Ce qui est important, c’est que nous tendions vers la perfection et nous efforcions de l’atteindre.

Comment parvenir à la perfection ? Ce qu’il faut, c’est progresser pas à pas, marquer un développement, une augmentation, une croissance. C’est cela qui est déterminant pour parvenir à la perfection.

Permettez-moi de poser la question suivante : Peut-on constater une croissance en toi ? Que chacun de nous s’examine ! Grandissons-nous dans la foi ? Si oui, nous sommes sur le chemin vers la perfection. Peut-on constater une croissance en nous, dans le sens où nous servons le Seigneur plus qu’auparavant ? Dès lors, nous sommes sur le bon chemin qui mène à la perfection. Grandissons-nous, dans le sens où nous sommes en mesure de mieux fuir les choses impies et le péché ? Si oui, nous sommes sur le chemin de la perfection.  Grandissons-nous, dans le sens où l’amour devient plus perceptible dans la communauté ? Si oui, nous sommes sur le bon chemin qui mène à la perfection.

Ce qui est déterminant, pour parvenir à la perfection, c’est de grandir. Certes, nous n’y parviendrons pas de nos seules propres forces. C’est finalement le Seigneur qui opérera notre perfection ! Il nous la procure par l’action de sa parole et de sa grâce. En faisant usage de la grâce divine et en luttant contre nos faiblesses au moyen de la force issue du mérite de Christ, nous progresserons pas à pas, pour parvenir finalement à la perfection.

Notre perfection ne dépendra pas du fait que nous soyons devenus parfaits en toutes choses, car tel ne sera pas le cas. Nous sommes et restons dépendants de la grâce, y compris pour ce qui concerne notre perfection. Si nous faisons notre part de travail, le Seigneur y ajoutera par grâce ce qui nous fera encore défaut. Dès lors, on pourra dire que nous serons parvenus à la perfection par grâce.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)