Parole du mois

Explications complémentaires sur notre approche de la Bible

Mars 2010

J’ai déjà pris position sur « notre approche de la Bible » dans le magazine « Notre Famille » (cf. NF 03/09), en précisant que nombre de choses de l’Ancien Testament « sont à comprendre sur le plan symbolique et métaphorique. Cela vaut tout particulièrement pour l’histoire de la Création. » Les entretiens et discussions menés depuis m’incitent à faire quelques déclarations explicatives complémentaires, allant plus en profondeur.

Pourquoi ce sujet est-il important ? Je me préoccupe avant tout de nos enfants et de nos jeunes gens, à qui l’école communique des connaissances scientifiques sur l’origine de la terre ; ils sont confrontés à la question de savoir comment harmoniser cette matière avec l’histoire biblique de la Création. Dans ce domaine, même des adultes passionnés de sciences ont parfois des incertitudes.

Venons-en à notre sujet : La Bible nous dit que la terre a été créée en l’espace de six jours. A prendre ces indications au pied de la lettre, on peut calculer l’âge de la terre, à l’aide des généalogies bibliques, comme se situant entre environ six et dix mille ans. Or, de nos jours, les scientifiques supposent que la terre est vieille de plus de quatre milliards d’années. Ces deux indications temporelles sont sans aucune commune mesure l’une avec l’autre. Si l’on s’en tient aux résultats scientifiques, on ne peut faire autrement que d’interpréter les « jours » de la Création comme étant de très grandes périodes.

Je sais bien que le fait de s’écarter de la compréhension littérale de la Bible trouble certains de nos frères et sœurs. C’est quelque chose que je comprends, mais je pense néanmoins que l’abondance des résultats scientifiques qui s’opposent à l’approche littérale de l’histoire de la Création est écrasante. Je pense notamment aux indications concernant l’âge des fossiles ou aux connaissances au sujet de l’apparition des dinosaures. De même, l’état actuel des connaissances sur les hominidés (les ancêtres de l’être humain actuel) va dans le sens d’une évolution sur de longues périodes.

Il peut être utile de se poser la question de savoir comment ceux qui ont écrit l’histoire biblique de la Création sont parvenus à cette connaissance. Pour ma part, je ne doute absolument pas du fait qu’ils ont été inspirés par le Saint-Esprit ; cependant, leur connaissance ne leur a sûrement pas été transmise sous la forme d’un exposé scientifique, mais bien plutôt sous celle d’images et de représentations qu’ils ont retenues en fonction de la capacité de compréhension propre à leur époque.

D’autres exemples montrent aussi que les descriptions de la Bible portent la marque de la compréhension des choses propre à chaque époque. Ainsi est-il notamment question, dans l’Apocalypse, des « quatre coins de la terre » : la conception selon laquelle la terre est un disque est sous-jacente à cette indication. Nous savons aujourd’hui que tel n’est pas le cas, mais personne ne se heurte à cette déclaration, parce qu’on l’interprète comme étant une image.

Voici déjà que se pose la question suivante : Comment, en l’espace de ces immenses périodes, la terre s’est-elle développée, depuis les débuts de la vie jusqu’aux formes de vie actuelles qu’elle abrite ? Eh bien, tout parle en faveur d’un développement progressif, d’une évolution. Cela concorde d’ailleurs aussi avec la Bible qui fait part d’un développement par paliers depuis les plantes jusqu’à l’être humain, en passant par les animaux. Il ne nous appartient pas de découvrir comment les choses se sont passées dans le détail. Nous laissons ce soin aux scientifiques. Ce qui est important pour nous, c’est la foi que Dieu est à l’origine de toutes choses. C’est lui qui a guidé tout ce processus d’évolution et qui, selon sa volonté, a fait surgir la vie dans ses multiples aspects.

Une autre question encore se pose à nous : Comment intégrer le récit biblique au sujet d’Adam et d’Ève, le premier couple d’humains, dans ce contexte ? Voici ma réponse : La Bible conçoit fondamentalement l’être humain comme étant doté d’une âme immortelle. Le moment précis où sont apparus les premiers hommes dotés d’une âme ne peut être déterminé de manière scientifique, car l’âme, c’est-à-dire la vie immortelle donnée par Dieu, est inaccessible à la recherche scientifique. Les hominidés qui ont existé n’étaient donc pas dotés d’une âme immortelle. Le récit biblique concernant Adam et Ève, le premier couple humain doté d’une âme, montre très clairement qu’ils sont aussitôt tombés dans le péché. Ce récit comporte sans doute aussi des éléments imagés, et je conseillerai de ne pas trop chercher à analyser ce qui est à interpréter de manière littérale et ce qui l’est de manière imagée, parce que cela ne nous aidera pas sur le plan de la foi.

Pour conclure, je dirai encore ceci : Les questions que j’ai abordées ici ne sont pas déterminantes pour nous permettre d’atteindre le but de notre foi. Cependant, notre Eglise se doit de défendre une position claire. Il n’est ni utile ni sensé de nous mettre en contradiction avec les résultats scientifiques.

Recevez, chers frères et sœurs, mes cordiales salutations.

Wilhelm Leber

Parole du mois

Célébrer le dimanche

(Mai 2018) C’est une tradition bénéfique que nous célébrions le dimanche en tant que chrétiens. Nous... [En savoir plus]