Parole du mois

Les sources divines du salut

Août 2009

« Vous puiserez de l’eau avec joie aux sources du salut » : Dans cette parole, le prophète Esaïe se projetait, depuis l’Ancien Testament (Esaïe 12.3), au temps du Seigneur Jésus. Jésus n’avait alors pas encore vu le jour, mais le prophète pressentait déjà les choses qui allaient se produire dans l’avenir et il les a décrites en disant que de merveilleuses sources du salut allaient jaillir. La source majeure du salut, c’est Jésus. Tous ceux qui y ont puisé de l’eau ont eu le salut en partage ; ils ont été bénis et ont véritablement expérimenté l’amour du seigneur Jésus à leur égard.

De nos jours aussi, il existe des sources du salut qui sont évidemment toutes reliées à Jésus-Christ. Dans toutes les communautés, on fait ainsi de belles découvertes. En tout premier lieu, la parole de Dieu prêchée dans les communautés est une merveilleuse source du salut. Nous y puisons de l’eau en ouvrant nos cœurs à son action. Ne nous contentons pas de saisir la parole de l’autel au moyen de notre entendement, mais laissons-la pénétrer dans l’âme. La parole divine est une eau particulière, capable d’étancher la soif de l’âme.

Une autre source du salut qui coule au temps présent, c’est la grâce qui nous est proposée. Nous puisons de l’eau à cette source. Nous ne nous contentons pas de la regarder couler, car cela ne nous serait d’aucun secours. Imaginons une personne en train de contempler une source jaillissante et d’admirer le spectacle qui s’offre à ses yeux ; pour bienfaisant qu’il soit, il n’étanche cependant nullement la soif. Il faut puiser de l’eau à la source ! Quand la grâce nous est proposée, puisons les eaux salutaires de cette source ! Cela implique que nous soyons véritablement disposés au pardon et à la réconciliation et que nous implorions le Seigneur de nous pardonner. Une telle démarche est comparable au fait de puiser de l’eau à la source de la grâce.

La prière est aussi une source du salut, un merveilleux moyen de recevoir force et puissance de la part de notre Père céleste. Là encore, il nous faut puiser à cette source, c’est-à-dire ne pas nous contenter de prier par habitude, mais de toute notre âme et avec une grande ferveur. Dès lors, nous puiserons de l’eau à cette source et prendrons conscience de la proximité de Dieu. Nous discernerons son intervention secourable ; il sauve, il est le salut. Puisons de l’eau à cette source. Je vous conseille de prier chaque jour, et avec ferveur. Nous sommes habitués à prier matin et soir avec notre famille, autant que cela est possible.  Rien ne nous empêche de prier aussi entre-temps, et nous n’avons même pas besoin de joindre les mains à cette fin ; il nous suffit d’envoyer un soupir vers le ciel. Cela aussi, c’est une prière, à condition que nous y mettions tout notre cœur.  Dès lors, on puise à cette source et on peut vivre des miracles.

Les sacrifices sont également une source du salut. Si nous faisons preuve de fidélité au Seigneur dans nos sacrifices et accomplissons notre part de travail, nous ne nous contentons pas de lui offrir des dons terrestres, mais nous lui consacrerons aussi notre temps, oui notre cœur tout entier. Ce sera dès lors comme une source à laquelle nous pourrons puiser, car le Seigneur nous bénira.

Une autre belle source, c’est la communion fraternelle qui règne dans les différentes communautés. Il ne s’agit pas d’une assemblée habituelle ; cette communion nous rend forts, parce que nous puisons de l’eau à cette source. Si nous nous sentons à notre aise dans cette communion et si nous occupons notre place dans la communauté, ce sera pour nous une merveilleuse source.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]