Parole du mois

Toucher le bord du vêtement

Juin 2009

Au cours de son ministère public, Le Seigneur Jésus passait par les villes et les villages. Avec ses disciples, il est aussi allé sur les bords du lac de Génésareth. Là, on lui a amené les malades et les infirmes qui lui ont demandé de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. La Bible rapporte que tous ceux qui l’ont touché ont été guéris.

Dans cette anecdote passée, il était principalement question de maladies et d’infirmités physiques ; aujourd’hui, nous allons porter le regard, non pas sur ces maladies terrestres, mais sur les maladies et les infirmités spirituelles, qui touchent l’âme immortelle. Certains êtres sont ainsi incapables de croire : ils ne croient pas que Dieu ait envoyé son Fils sur cette terre pour sauver les hommes, ils en croient pas en la force rédemptrice inhérente au sacrifice de Christ ni à l’envoi des apôtres de Jésus-Christ.

D’autres ne trouvent pas la paix du cœur, leur quotidien étant déterminé par la peur, la détresse et les soucis. D’autres encore redoutent l’avenir, ils n’ont pas d’espérance, ne sentent pas d’amour en leur cœur, parce qu’ils ont reporté aux calendes grecques la réalisation de la promesse du retour du Fils de Dieu ; ils n’espèrent plus en la proximité de cet événement.

A tous ceux qui souhaitent être guéris de telles maladies, je donne le conseil suivant : Touchez le bord du vêtement de Jésus-Christ ! Vous serez soulagés et guéris.

La question qui se pose est celle-ci : Comment faire pour toucher le bord du vêtement du Seigneur ? C’est possible en esprit. Il y a le recours à la prière. Si nous avons le désir d’être délivrés des infirmités de l’âme, agenouillons-nous et prions. S’il s’agit d’affermir notre foi, demandons-le au Seigneur dans nos prières ; c’est une manière de toucher le bord de son vêtement. Dès lors, une force se répandra dans nos cœurs, nous vérifierons que Dieu est avec nous, et nous serons à nouveau emplis de paix et de joie. De cette sorte, nous puiserons une espérance nouvelle, et l’amour viendra nous emplir. L’efficacité de la prière est soutenue par celle du service divin : l’Évangile nous y est prêché, et nous y fêtons la sainte cène. De même, la visite pastorale effectuée par le prêtre peut nous aider à toucher le bord du vêtement de notre Sauveur : Une prière commune est en mesure d’ouvrir des voies ! Le fait de s’investir dans les activités de la communauté est aussi une manière de saisir le bord du vêtement au moyen de la prière.

Il est important pour nous d’être guéris des maladies spirituelles et soulagés des infirmités de notre âme immortelle, parce que nous nous hâtons d’aller vers le but de notre foi. A cette fin, nous avons besoin d’une foi forte, d’une espérance ferme et d’un amour consolidé. Nous voulons avoir atteint la dignité requise, lorsque le Seigneur reviendra, afin qu’il puisse nous prendre auprès de lui et que nous soyons avec lui en toute éternité.

C’est cela, notre but, et, ce qui est merveilleux, c’est que nous ayons tous ce même but, non pas un but quelconque ni même plusieurs buts. Efforçons-nous donc de tendre vers ce but, touchons aujourd’hui même le bord du vêtement du Fils de Dieu, afin d’être guéris des informités de l’âme et emplis de paix et de joie nouvelles.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)