Parole du mois

C’est le Seigneur !

Février 2009

La Bible rapporte beaucoup d’événements ayant eu lieu après la résurrection de Jésus. Ainsi l’apôtre Paul, pour ne citer que lui, résume-t-il les apparitions du Ressuscité dans son épître aux Corinthiens, qui est sans doute l’écrit le plus ancien, en professant que Jésus-Christ « est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ; et qu’il est apparu à Céphas, puis aux douze. Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, […]. Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres. Après eux tous, il m’est aussi apparu à moi… » (cf. 1 Corinthiens 15).

Les Évangiles, quant à eux, témoignent de la manière dont le Seigneur est apparu dans différents endroits et relatent des événements très divers. Cela montre que les évangélistes n’ont pas été en mesure de tout retenir et ont dû faire un tri. J’ai l’intime conviction qu’ils sont très loin d’avoir rapporté tout ce qui s’est passé en ce temps-là. Cependant, le peu de choses que nous pouvons lire est très instructif.

Un jour, le Seigneur est apparu aux siens sur les bords du lac de Tibériade. Les disciples avaient décidé de subvenir à leurs besoins quotidiens ; Pierre, Thomas, Nathanaël, Jean et Jacques Zébédée et d’autres encore sont sortis en barque et ont passé la nuit à pêcher. Ils sont rentrés bredouilles. Au matin, Jésus était sur le rivage, mais ses disciples ne l’ont pas reconnu. Il leur a dit : « Enfants, n’avez-vous rien à manger ? […] Jetez le filet du côté droit de la barque, et vous trouverez. » Et c’est ce qui s’est produit. Sur sa parole, et bien qu’ayant pêché en vain durant toute la nuit, ils ont jeté les filets du côté droit de la barque, en suivant la recommandation spéciale du Seigneur, et ils ont pris une grande quantité de poissons. C’est à ce moment-là seulement que son disciple préféré l’a reconnu : « C’est le Seigneur ! » (cf. Jean 21).

Au cours de notre vie, nous mettons un certain nombre de projets en œuvre et prenons des décisions qui concernent notre existence terrestre. C’est bien ainsi, et il faut qu’il en soit ainsi. Cependant, nous constatons rapidement aussi que nous arrivons parfois au bout de nos possibilités et ressources sans rencontrer le succès espéré. Au sens figuré, c’est comme si nous avions pêché toute une nuit sans rien prendre ; nous avons tout essayé, mais sans résultat. Si nous sommes confrontés à semblable situation, changeons de méthode : Écoutons la parole de Dieu, écoutons ce que le Seigneur a à nous dire ! Il peut s’agir de choses très simples, du genre : « Jette ton filet du côté droit de la barque ! Va vers celui qui se tient en marge et adresse-lui une parole aimante ! »

Les pêcheurs qu’étaient alors les disciples auraient pu penser : « Nous savons bien ce qu’il faut faire, nous sommes finalement des pêcheurs professionnels, et nos idées ne peuvent être que meilleures. » Eh bien non, ils ont fait ce que le Seigneur leur a dit et ils ont connu la réussite ; par la suite, ils ont reconnu qu’ils avaient affaire au Seigneur.

Lorsqu’on fait ce que dit le Seigneur, le succès et la réussite sont au rendez-vous. Il faut écouter la voix de Dieu et ne pas se contenter de nourrir ses propres pensées et projets. Laissons-nous plutôt conduire et guider par le Seigneur, et, après un échec, prenons un nouveau départ. Si nous écoutons toujours la voix de Dieu, nous aurons la plénitude de la bénédiction.

(Extrait d’un service divin de l’apôtre-patriarche)

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]