Parole du mois

Pour l’année nouvelle

Janvier 2009

Une tradition s’est instaurée de nos jours, qui consiste à associer des thèmes précis aux années qui passent. Ainsi par exemple l’année 2008 était-elle dédiée, en Allemagne, aux mathématiques, et, en Europe, au dialogue interculturel. C’est là une manière de fixer des priorités et de donner des impulsions nouvelles dans beaucoup de domaines de la vie terrestre.

Pour ma part, la pensée ne me quitte plus de mettre en exergue à l’année 2009 un thème dont je souhaite que nous nous préoccupions au sein de notre Église. Ensemble, faisons de l’année 2009 l’année de l’intégration dans la communion fraternelle. Que ce soit là, à la fois, une priorité et une impulsion.

Intégrons la communion fraternelle en

–        faisant preuve de compréhension pour autrui,

–        participant aux nombreuses activités qui sont proposées dans l’Église.

De nos jours, il est indispensable pour nous d’avoir de la compréhension les uns pour les autres, afin de surmonter nos différences : çà et là, il existe des différences de point de vue entre les générations, entre ceux qui sont investis d’un ministère et ceux qui ne le sont pas, entre les conservateurs et les progressistes. Je vous appelle à faire preuve de beaucoup de compréhension pour les autres et pour leurs motivations.

Si le Saint-Esprit règne en nous, nous ne devrions pas manquer de compréhension les uns pour les autres. L’une des caractéristiques frappantes, lors de l’effusion du Saint-Esprit à la Pentecôte, a été la suppression des barrières linguistiques : dans la foule des gens présents, chaque individu a compris la prédication dans sa langue. C’est de cette manière que le Saint-Esprit est en mesure de supprimer les barrières et de susciter une profonde compréhension mutuelle. Implorons-le donc d’agir de cette sorte !

Ensuite, il s’agit pour nous de participer à la marche de l’Œuvre de Dieu. Mettons nos dons à son service. Il se trouve que, de temps en temps, on entend dire que cela est difficile à mettre en œuvre dans les communautés. Pour moi, j’ai le sentiment que nous manquons parfois de compréhension les uns pour les autres. Pour peu que cette compréhension existe, nous trouverons les moyens d’apporter notre concours.

Si nous nous investissons tous dans la communion fraternelle de cette manière, nous créerons une ambiance agréable, dans laquelle chacun de nous se sentira à son aise. C’est cette ambiance que je souhaite voir régner dans les communautés.

Vous invitant à nous mettre ainsi à l’œuvre, je vous prie d’agréer, chers frères et sœurs, dans l’amour de Christ, mes cordiales salutations.

 

Wilhelm Leber

Parole du mois

Aimer et souffrir

(Octobre 2019) Dans l’éventail des sentiments et des sensations humains, l’amour et la souffrance constituent deux... [En savoir plus]