Parole du mois

Pour la nouvelle année

Janvier 2007

Chers frères et sœurs,

Au début de l’année nouvelle, je vous adresse mes vœux sincères de bénédiction. Puisse cette année vous combler de bienfaits. Je vous remercie par la même occasion de vos marques d’affection et de fidélité. Que notre Père céleste vous accorde sa riche récompense pour ce que vous avez fait par amour pour son Œuvre.

Portons à présent notre regard vers l’avant. J’aimerais vous réitérer le conseil que l’apôtre Paul donnait autrefois aux Thessaloniciens : « Pour vous, […] ne vous lassez pas de faire le bien. » C’est un appel à ne pas se lasser, à ne pas se décourager, à ne pas se laisser contrarier dans ses efforts. Dans la vie courante, on peut être contrarié au point de se lasser ; on fait preuve alors d’une résignation qui résulte de la prise de conscience de l’influence très réduite de l’individu isolé sur la marche des choses, et qui aboutit à son retrait convaincu que « de toute manière, ceux qui gouvernent font ce qu’ils veulent ».

Cette même contrariété, ce découragement, cette lassitude peuvent aussi apparaître sur le plan de la foi. On a l’impression que le Seigneur n’intervient pas ; les années se suivent, sans que rien ne change. En l’absence de tout résultat, on risque de se lasser de porter témoignage ; en l’absence d’exaucement de nos suppliques, nous risquons de nous décourager dans nos prières. D’où mon appel à tous :

Ne nous laissons pas gagner par la lassitude et la contrariété !

Comment nous en protéger ? Voici mon conseil : Donnons sans cesse des impulsions nouvelles à notre vie de foi !

Je m’efforcerai, au cours de l’année nouvelle aussi, de marcher devant vous dans la joie, sans me lasser ni céder à la contrariété.

Recevez, chers frères et sœurs, mes cordiales salutations.

Wilhelm Leber

Parole du mois

La véritable richesse

(Avril 2019) Avec beaucoup de force, relate Luc dans les Actes des apôtres, les apôtres rendaient témoignage de... [En savoir plus]