Parole du mois

La confiance, voie d'accès à la bénédiction

Mai 2006

Année après année, nous attendons d'une égale patience le retour du Fils de Dieu. Pourquoi nous en lasserions-nous ? Il n'en existe aucun motif raisonnable. La promesse du Seigneur demeure : Il reviendra chercher les siens. Nous pouvons compter sur lui.

J'ai souvent médité sur l'importance de la confiance, de notre confiance en le Seigneur, en ses voies, mais aussi - et nécessairement - en les frères qui ont pour mission de nous bénir. N'abandonnons pas cette confiance, cette assurance, à laquelle, comme le disent les Saintes Ecritures, est attachée une grande rémunération.

Certains se sont arrêtés en cours de route. Pourquoi ? Parce qu'ils n'avaient pas suffisamment de confiance. Je pense au peuple d'Israël qui a fait preuve, en nombre de situations, d'une confiance très limitée. En réalité, il faut bien dire que la pérégrination à travers le désert a été une seule et même mise à l'épreuve de sa confiance en l'Eternel. Dès que des difficultés sont apparues, les Israélites se sont mis à gémir à qui mieux mieux, allant jusqu'à agresser Moïse. Je suis convaincu qu'il a dû beaucoup en souffrir. Leurs gémissements ne les ont cependant pas fait progresser dans leur marche ; c'est l'Eternel qui a dû intervenir régulièrement, montrant ainsi que le peuple aurait pu s'en remettre entièrement à lui. Mais il péchait par manque de confiance...

Cet exemple nous permet d'appréhender l'importance que revêt la confiance en notre temps. Quiconque gémit et se plaint doit accepter de s'interroger le degré de confiance qu'il accorde à Dieu. Lorsqu'on est insatisfait des voies divines, c'est aussi une question de confiance. Remettons-nous donc entièrement à Dieu, c'est si simple ! Il sait toutes choses. Plus nous lui ferons confiance, sans poser de conditions ni émettre de réserves, plus il nous bénira. C'est cela, la voie d'accès à la bénédiction.

Je pense aux disciples qui se scandalisés des propos du Seigneur qui leur demandait de manger sa chair et de boire son sang. Beaucoup d'entre eux se sont détournés de lui. Pourquoi se sont-ils séparés d'avec le Seigneur ? Par manque de confiance ! S'ils avaient eu confiance en lui, ils se seraient adressés à lui pour lui demander des explications supplémentaires, et ils auraient continué de s'efforcer de comprendre ce qu'il leur révélait. Mais cette confiance leur a manqué, si bien qu'ils ont suivi leurs propres voies.

Les disciples d'Emmaüs, qui avaient leur propre idée et conception de la mission de Jésus, ont aussi manqué de confiance : « Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël », disaient-ils. Dans leur désarroi, ils ont alors quitté Jérusalem pour suivre leurs propres voies. C'est à la grâce du Seigneur seulement qu'ils doivent d'avoir pu revenir sur leur décision et retourner à Jérusalem, parmi les disciples.

Celui qui fait confiance au Seigneur a du courage, parce qu'il se sait soutenu ; derrière lui se profile toute la puissance de Dieu. Celui qui est animé de cette confiance sait gérer sereinement les situations auxquelles il est confronté. Je ne puis promettre à personne qu'il connaîtra une vie sans friction ni difficulté aucune, une vie faite uniquement de moments de bonheur, car telle n'est pas ma mission. Ce ne sont d'ailleurs pas non plus les projets que le Seigneur forme sur nous ; ce qu'il veut, c'est nous préparer en vue de l'éternité. A nous donc de veiller à affermir régulièrement notre confiance, de manière à pouvoir aussi en faire la preuve. Et c'est ce que nous faisons en réagissant calmement et sereinement aux situations difficiles, quand les choses ne se déroulent pas conformément à nos attentes. Nos destinées sont entre les mains du Seigneur, ne l'oublions pas ! Je sais que c'est facile à dire, et qu'il faut passer soi-même par de telles situations pour mesurer vraiment leur enjeu, mais cela reste une question de confiance. N'abandonnons pas cette confiance, cette assurance, parce qu'elle nous vaut l'aide et la bénédiction du Seigneur.

(Extrait d'un service divin de l'apôtre-patriarche)