9.3 L´âme survit au corps

Être « recueilli auprès de son peuple » (No 20 : 23-24 ; 27 : 12-13) est une expression qui, dès l´Ancien Testament, évoque la survie de l´âme à la mort physique. Cette survie après la mort physique est attestée de manière beaucoup plus claire dans le Nouveau Testament (Lu 9 : 30-31, 1 Pi 3 : 19-20 et Ap 6 : 9-11).

Le récit des événements qui se sont produits sur la montagne de la Transfiguration montre entres autres que, même après sa mort physique, l´homme conserve sa personnalité : Moïse et Elie y apparaissent, venant de l´au-delà, et sont reconnus.

Des conceptions comme le « sommeil de l´âme » ou la « réincarnation » sont contraires au Nouveau Testament (Hé 9 : 27).

EN BREF

L´homme survit à sa mort physique. Si le corps est éphémère, l´âme, elle, subsiste éternellement. Elle est immortelle. (9 ; 9.1)

Jésus-Christ a vaincu la mort, permettant ainsi à l´homme d´accéder à la vie éternelle. À la fin de toutes choses, la mort sera privée de tout pouvoir. (9.2)

L´Ancien et le Nouveau Testament attestent la survie de l´âme. Après sa mort physique, l´être humain conserve sa personnalité. (9.3)

Voir aussi