8.2.5 L´institution de la sainte cène par Jésus-Christ

Avant même d´instituer la sainte cène dans le cercle de ses apôtres, Jésus-Christ avait dit : « Si vous ne mangez la chair du Fils de l´homme, et si vous ne buvez son sang, vous n´avez point la vie en vous-mêmes » (Jn 6 : 53). La « chair et le sang » renvoient à la sainte cène dont le Seigneur souligne ainsi la nécessité en vue du salut. Les indications suivantes du Seigneur sont tout aussi importantes : « Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle [...].Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui » (Jn 6 : 54.56).

Les Évangiles synoptiques rapportent qu´à l´occasion de la Pâque Jésus-Christ a pris un repas en commun avec ses apôtres. Le passage en Matthieu 26 : 26-29 décrit l´institution de la sainte cène par le Seigneur : « Pendant qu´ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l´alliance, qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu´au jour où j´en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père » (Mc 14 : 22-25 ; Lu 22 : 14-20). Si le récit de l´Evangile selon Marc concorde largement avec celui selon Matthieu, l´Evangile selon Luc y ajoute : « [...] faites ceci en mémoire de moi » et : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang » (Lu 22 : 19.20).

Par les paroles : « Faites ceci en mémoire de moi », le Seigneur donne mandat et pouvoir à ses apôtres de fêter la sainte cène de la manière dont lui-même l´a fait.

Voir aussi