8.2.12 La présence réelle du corps et du sang de Christ dans la sainte cène

La consécration et la prononciation des paroles d´institution ne changent pas la substance des espèces du pain et du vin ; c´est bien plutôt la substance du corps et du sang qui s´y ajoute (consubstantiation). Aucune transformation des substances (transsubstantiation) n´a donc lieu.

La sainte cène est étroitement liée aux natures humaine et divine de Jésus-Christ qui subsistent toutes deux en lui de manière distincte et indivisée (cf. 3.4). C´est à partir de là qu´il convient d´appréhender le rapport du pain et du vin au corps et au sang de Christ : La consécration crée un parallèle entre les pendants « pain et vin — nature humaine de Christ » et « corps et sang — nature divine de Christ ».

Dans la sainte cène, le pain et le vin correspondent à la nature humaine et le corps et le sang, à la nature divine de Christ. Par conséquent, aucune transsubstantiation du pain et du vin n´est possible, bien au contraire : même après la consécration, le pain et le vin conservent leur substance naturelle. Le pain et le vin ne sont pas de simples métaphores ou symboles du corps et du sang de Christ ; le corps et le sang y sont bien plutôt réellement présents (présence réelle). Sous l´effet de la parole de consécration prononcée par un apôtre ou un serviteur sacerdotal mandaté par lui, la substance du corps et du sang de Christ vient s´ajouter à celle du pain et du vin.

L´aspect (l´accident) des espèces de la sainte cène ne change pas au cours de cet acte : Tout comme, lors de sa vie terrestre, l´homme était visible en Jésus-Christ, le pain et le vin le sont dans la sainte cène. Après leur consécration cependant, et par analogie aux deux natures de Jésus-Christ, les espèces de la sainte cène ont une substance double, savoir celle du pain et du vin et celle du corps et du sang de Christ. Dès lors, le Fils de Dieu est réellement présent en elles, tant dans sa divinité que dans son humanité.

Toutefois, dans les espèces de la sainte cène, le pain ne correspond pas seulement au corps et le vin seulement au sang de Christ ; le corps et le sang de Christ sont bien plutôt présents à part entière dans chacune des deux espèces.

Le corps et le sang de Christ demeurent présents dans les hosties consacrées, jusqu´à ce qu´elles soient parvenues précisément à leurs destinataires. À l´issue du service divin, on fera preuve de respect et de soin lors de la manipulation des hosties non distribuées.

Voir aussi