7.7 L´ordination

De l´apostolat procèdent, pour les ministres de l´Église, le pouvoir, la bénédiction et la sanctification nécessaires en vue du service dans les communautés.

C´est l´apôtre qui, par l´imposition de ses mains et la prière (cf. 12.1.12), procède à l´ordination dans le ministère spirituel, au nom de la Trinité divine. Le ministre doit rendre compte à l´apostolat, dont il est dépendant, de l´accomplissement de son ministère.

Lors de l´ordination sont communiqués, par l´apostolat, la compétence et le pouvoir inhérents à chaque ministère, en vue du service diaconal, sacerdotal ou apostolique. En s´appuyant sur ce fondement, le ministre est en mesure d´accomplir les tâches qui lui sont confiées.

Par l´ordination, le ministre est béni et sanctifié en vue de son service. Les dons et talents existants sont éveillés et consacrés à l´exercice du ministère.

L´ordination n´est pas un sacrement, mais une bénédiction. La sainteté de cet acte et le caractère de service du ministère sont mis en évidence par le fait que l´investiture est reçue à genoux. Le ministre à ordonner fait serment de fidélité à Dieu et promet de s´inscrire dans l´imitation de Christ et de faire preuve d´obéissance de la foi.

C´est fondamentalement sur la volonté divine, et non pas la volonté humaine, qu´est fondée l´élection au ministère. Il incombe à l´apôtre de discerner la volonté divine et d´agir en conséquence.

L´ordination est communication de bénédiction divine. Celle-ci renferme en elle la promesse, pour le ministre, d´être accompagné et fortifié par le Saint-Esprit et protégé par les anges.

Le ministre ne peut pas remplir son service en recourant à ses propres ressources seulement ; il doit être en communion avec l´apostolat et agir dans la puissance du Saint-Esprit.

L´apostolat possède le magistère doctrinal et sert de modèle aux autres ministères en matière de proclamation de la parole de Dieu.

Voir aussi