6.4.2.2 L´Église de Jésus-Christ après la mort des premiers apôtres

La mort des premiers apôtres a changé la situation. Le ministère auquel Jésus avait conféré le pouvoir d´administrer les sacrements, de pardonner les péchés et de prêcher l´Evangile, était devenu vacant. Dès lors, la dispensation sacramentelle du don du Saint-Esprit n´était plus possible. La sainte cène a subsisté sous la forme d´un repas de commémoration, de profession de foi, de communion et d´actions de grâces (cf. 8.2.8). Il n´était certes plus possible d´annoncer efficacement le pardon des péchés conformément au mandat reçu, mais il est concevable que, même au cours de cette période, Dieu ait usé de grâce et de pardon à l´égard des croyants.

Les croyants, professant Jésus-Christ, ont continué à recevoir le sacrement du saint baptême d´eau et ont été de cette sorte intégrés au corps de Christ.

Dans la proclamation de la parole, l´attente du retour proche de Jésus-Christ est peu à peu passée à l´arrière-plan. La foi en la vie et l´activité du Fils de Dieu, à sa mort et à sa résurrection, a néanmoins été entretenue. Des gens croyants ont continué de diffuser l´Evangile et les valeurs chrétiennes. Sous l´inspiration du Saint-Esprit, des déclarations fondamentales de la doctrine chrétienne ont été formulées dans les confessions de foi de l´Église ancienne. Au fil des siècles, des missionnaires ont fait connaître le témoignage de Jésus-Christ à travers le monde. C´est au XIXe siècle finalement que le don prophétique s´est ranimé pour désigner les hommes qui, selon la volonté de Dieu, étaient choisis pour être des apôtres.

Ainsi donc le Saint-Esprit a continué d´agir pendant la période qui a suivi la mort des premiers apôtres, même si ce n´était pas dans sa plénitude originelle.

Voir aussi