5.3.8.2 L´interdiction du vol dans l´Ancien Testament

À l´origine, le commandement de ne pas dérober visait surtout à proscrire le rapt humain. Il s´agissait de protéger l´homme libre, pour qu´il ne soit ni enlevé ni vendu ni réduit en esclavage. En Israël, et contrairement aux atteintes à la propriété expiables au moyen de dédommagements matériels, le rapt humain était puni de mort : « Celui qui dérobera un homme, et qui l´aura vendu ou retenu entre ses mains, sera puni de mort » (Ex 21 : 16). Il s´agissait donc là d´un délit qui était sanctionné de la plus dure de toutes les peines.

L´atteinte à la propriété d´autrui était aussi punissable ; la loi mosaïque exigeait une réparation pour les choses dérobées. En règle générale, il fallait rendre au double, voire, dans les cas graves, au quadruple ou au quintuple ce qu´on avait dérobé (Ex 22 : 1 ; 22 : 4.7.9).

Voir aussi