5.3.3.2 Les formes de mésusage du nom de Dieu

Quiconque prononce le nom de Dieu devrait avoir conscience du fait qu´il est responsable devant Dieu de l´usage qu´il en fait.

Un mésusage flagrant du nom de Dieu consiste en le blasphème qui est une parole insultante et outrageante pour Dieu. Mentir en jurant par le Tout-Puissant, c´est aussi abuser du nom de Dieu.

Au long de l´histoire, on a souvent mésusé du nom de Dieu pour s´enrichir, mener des guerres, pratiquer des discriminations, torturer et tuer.

On peut aussi transgresser le deuxième commandement au quotidien : la simple utilisation insouciante des noms de « Dieu », « Jésus-Christ » ou « Saint-Esprit », dans un relâchement de langage, est un péché. Et il en va de même pour les jurons qui évoquent, même de manière déformée, les noms de Dieu ou de Jésus, et pour les plaisanteries faisant allusion à Dieu, à Jésus-Christ ou au Saint-Esprit. Ce sont autant d´atteintes à la majesté et à la sainteté de Dieu, des « propos équivoques », au sens du passage en Éphésiens 5 : 4.

Voir aussi