5.3.10.2 La convoitise incite au péché

La déclaration : « Tu ne convoiteras point » est au cœur des neuvième et dixième commandements. Elle n´implique pas l´interdiction de toute forme de désir humain, mais seulement la convoitise pécheresse de la femme ou des biens d´autrui. Tout comme la transgression des autres commandements, une telle concupiscence porte atteinte au commandement de l´amour du prochain (Ro 13 : 9).

Depuis le commencement, Satan s´emploie à induire des hommes dans le péché, en suscitant en eux le désir et l´envie de choses défendues (Ge 3 : 6). Adam et Ève cèdent à ce désir ; ce faisant, ils désobéissent à Dieu et tombent ainsi dans le péché. Les conséquences sont décrites en Jacques 1 : 15 : « Puis la convoitise, lorsqu´elle a conçu, enfante le péché ; et le péché, étant consommé, produit la mort. »

La convoitise, comprise comme étant une concupiscence coupable, naît dans le for intérieur de l´homme. Elle suscite des pensées impures. Faute de dominer sur elle, on finit par mettre la pensée pécheresse en pratique. Ce processus est aussi décrit en Matthieu 15 : 19 : « Car c´est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies. »

Les neuvième et dixième commandements imposent à l´homme le devoir de veiller sur la pureté de son cœur, c´est-à-dire, notamment, de s´efforcer de résister à toute tentation au mal.

Voir aussi