5.3.1.3 Les Dix commandements dans le Nouveau Testament

Dans le Nouveau Testament, les Dix commandements sont confirmés par le Fils de Dieu qui en approfondit le sens et la portée. Dans ses déclarations, Jésus-Christ se montre comme étant le maître des commandements, mieux, le maître de la loi tout entière (Mt 12 : 8). Dans ce qu´il dit au jeune homme riche, il montre que l´homme ne peut obtenir la vie éternelle qu´à la condition, au-delà de respecter les commandements, de suivre Christ (Mt 19 : 16-22 ; Mc 10 : 17-21).

Jésus-Christ porte un regard nouveau sur la loi mosaïque (cf. 4.8) et, par conséquent, sur les Dix commandements. L´apôtre Paul a résumé le sens de la loi mosaïque selon la conception vétérotestamentaire dans la formulation : « C´est par la loi que vient la connaissance du péché » (Ro 3 : 20).

La transgression d´un seul des commandements rend l´homme coupable de transgression de toute la loi (Ja 2 : 10). Tous les hommes transgressent donc la loi, tous sont pécheurs.

La loi offre la possibilité de discerner le péché. Seul le sacrifice de Christ, fondement de la Nouvelle Alliance, offre la possibilité d´effacer les péchés commis.

Les Dix commandements gardent toute leur validité sous la Nouvelle Alliance ; tous les hommes sont tenus de les respecter. La compréhension des Dix commandements, modifiée sous la Nouvelle Alliance, est aussi fondée sur le fait que, conformément aux prophéties mentionnées en Jérémie 31 : 33-34, la loi divine n´est plus gravée sur des tables de pierre, mais mise au-dedans de l´homme et écrite dans son cœur. Accomplir la loi de l´amour de Dieu et du prochain, c´est accomplir toute la loi (Ro 13 : 8-10).

Voir aussi