4.8.2 La foi et les œuvres

L´homme est justifié par la foi en Jésus-Christ. Dans cette mesure, les œuvres qu´il accomplit ne contribuent en rien à sa sanctification et à sa justification : « Car nous pensons que l´homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi » (Ro 3 : 28).

Malgré cela, il existe un rapport étroit entre la foi et les œuvres, qui sont indissociables l´une des autres : les bonnes œuvres sont l´expression d´une foi vivante ; sans elles, la foi est morte. La foi n´est donc pas simplement une disposition intérieure, mais elle pousse à l´action (Ja 2 : 15-17).

Les bonnes œuvres plongent leurs racines dans la foi, dont elles sont pour ainsi dire la face visible qui atteste la réalité de la foi. La foi se réalise avant tout dans l´amour de Dieu et dans les rapports avec le prochain, qui sont marqués du sceau de l´amour.

La foi et les œuvres, la justification et une conduite sanctifiée vont de pair et sont indissociables.

EN BREF

« Evangile » signifie « Bonne Nouvelle ». Dans le Nouveau Testament, on entend, par « Evangile », l´agir salvifique de Dieu en Jésus-Christ. (4.8)

La loi et l´Evangile révèlent la volonté salvatrice de Dieu. La loi s´adressait au peuple d´Israël, tandis que l´Evangile a une validité universelle. (4.8)

Tout comme l´Ancienne Alliance comporte déjà des indications au sujet de l´Evangile, les références à la loi font aussi partie de la prédication de l´Evangile sous la Nouvelle Alliance. (4.8.1)

Jésus-Christ a résumé ce qui, dans la loi de Moïse, est éternellement valable et nécessaire dans le commandement de l´amour de Dieu et du prochain. La « loi de Christ » reprend ainsi des éléments importants de la loi mosaïque. (4.8.1)

L´homme est justifié par la foi en Jésus-Christ. Dans cette mesure, les œuvres qu´il accomplit ne contribuent en rien à sa sanctification et à sa justification. Malgré cela, il existe un rapport étroit entre la foi et les œuvres, la justification et une sainte conduite. Les bonnes œuvres plongent leurs racines dans la foi, dont elles sont pour ainsi dire la face visible. (4.8.2)

Voir aussi