4.5.3 L´élection procède librement de la grâce de Dieu

L´élection est un présent de Dieu : le cœur croyant la reçoit, le cœur incrédule la rejette.

Nul ne peut mériter l´élection par ses œuvres ni même y prétendre ; elle ne s´explique pas non plus de manière rationnelle. L´élection divine est un mystère de Dieu qui ne peut s´appréhender qu´au moyen de la foi. Dieu l´accorde à celui qu´il a choisi à cet effet (Ro 9 : 10-20).

L´homme n´est pas contraint d´accepter et d´affermir l´élection de Dieu. La décision de croire ou non à l´appel divin, d´y donner suite ou non et de remplir ou non les devoirs qu´il comporte, lui appartient.

Il existe ainsi une antinomie irréductible entre l´élection que Dieu opère dans sa grâce et la décision, propre à l´être humain, de l´accepter ou non.

Dieu choisit des hommes en vue de leur propre salut et de celui d´autrui ; ils sont élus dans le but d´apporter leur contribution à son plan de salut. L´élection divine s´accompagne toujours d´un devoir ou d´une destination.

Sont appelés et choisis pour être des chrétiens ceux qui sont baptisés et qui professent leur foi en Jésus-Christ comme étant le Seigneur et Sauveur. Ils ont pour tâche de diffuser l´Évangile. Quant aux chrétiens régénérés d´eau et d´Esprit, ils remplissent de surcroît la condition nécessaire pour être des prémices. C´est au sein de cette cohorte qu´est préparée l´Épouse de Christ, en vue de constituer le sacerdoce royal dans le royaume de paix (cf. 10.6).

Il ne faut pas déduire, de la doctrine de l´élection, que les actions de l´homme soient déterminées d´avance et qu´il ne dispose d´aucune liberté de choix [7]. Cette liberté fait bien au contraire partie de la vie de l´homme. De la même manière, il ne faut pas non plus en déduire que l´élection des uns en vue d´intégrer l´Église-Épouse implique le rejet des autres. Le salut futur de Dieu, y compris la communion éternelle avec lui dans la nouvelle création, est ouvert à tous les hommes.

Adhérer à l´élection dans un acte de foi implique que l´on s´engage à suivre résolument Jésus-Christ. L´élection a aussi des conséquences eschatologiques : Quand Jésus-Christ, le Roi des rois, érigera son royaume de paix, le sacerdoce royal, à ses côtés, annoncera la bonne nouvelle du salut en Christ à tous les hommes. Sont élus à cet effet ceux qui auront pris part à la première résurrection (Ap 20 : 6).

C´est en recevant la grâce dans un cœur croyant et en manifestant sa fidélité à Dieu et à son Œuvre que l´homme affermit l´élection dont il fait l´objet de la part de Dieu.

L´élection est un acte d´amour de Dieu qui soutient fidèlement ses élus. Nulle influence extérieure ne peut les séparer de l´amour de Dieu (Ro 8 : 29.37-39).

EN BREF

L´élection trouve son fondement dans la volonté de Dieu. Dieu choisit des individus pour les appeler à une destinée précise, déterminée par lui. Dieu a choisi l´être humain parmi toutes ses créatures pour lui confier la tâche de s´assujettir la terre. (4.5 ; 4.5.1)

Nul ne peut prétendre à cette grâce de Dieu qu´est l´élection, et on ne peut l´appréhender au moyen de la réflexion humaine, comme le montrent beaucoup d´exemples vétérotestamentaires. (4.5.1 ; 4.5.3)

Parmi l´ensemble de ses disciples, Jésus choisit les apôtres et les envoie dans le monde, avec la mission d´enseigner et de baptiser. Le Seigneur choisit le peuple de la Nouvelle Alliance parmi les Juifs et les païens. (4.5.2)

L´élection est un présent de Dieu : le cœur croyant la reçoit, le cœur incrédule la rejette ; cette liberté de choix fait partie de l´être même de l´homme. Adhérer à l´élection dans un acte de foi implique que l´on s´engage à suivre résolument Jésus-Christ. (4.5.3)

Dieu choisit des hommes en vue de leur propre salut et de celui d´autrui. L´élection divine s´accompagne toujours d´un devoir ou d´une destination. (4.5.3)

L´élection n´implique pas la détermination à l´avance des actes de l´être humain. (4.5.3)

[7] On établit souvent un lien entre l´élection et la prédestination. On a parfois conçu la prédestination comme une providence, une sage intervention divine sur le destin de l´individu. La prédestination ne s´applique cependant pas de manière déterminante à la vie de l´homme sur la terre, mais au fait que Dieu le prédestine au salut.

Voir aussi