4.2.1.5 La foi

Dans les textes hébreux de l´Ancien Testament, le terme de « foi » n´apparaît pas. Dans les traductions actuelles sont rendues par le terme de « foi » les notions originelles de « confiance », « fidélité », « obéissance », « assurance » ou encore « certitude ». Toutes ces significations sont plus ou moins contenues dans le mot : « foi », défini, en Hébreux 11 : 1, de la manière suivante : « La foi est une ferme assurance des choses qu´on espère, une démonstration de celles qu´on ne voit pas » (cf. 1.4).

À l´origine de la foi, il y a toujours Dieu qui se révèle au travers de ses paroles et de ses actes. Tant que l´homme a entièrement confiance en Dieu, il est en mesure de lui obéir. La désobéissance fait tomber l´homme dans le péché et le rend coupable devant Dieu. Dès lors, la relation de l´homme à son Créateur est brisée. S´il veut pouvoir revenir dans la communion avec Dieu, il doit nécessairement retrouver la foi (Hé 11 : 6).

Pour les héros de la foi du temps de l´Ancienne Alliance, le salut était encore à venir (Hé 11 : 39). La révélation de Dieu en Jésus-Christ constitue l´accomplissement des promesses vétérotestamentaires et donne une dimension nouvelle à la foi : Désormais, elle se concentre sur le Rédempteur, sur Jésus-Christ. La foi en lui ouvre la possibilité de la réconciliation avec Dieu et du retour dans la communion avec lui.

Cette foi, le Fils de Dieu l´exige : « Croyez en Dieu, et croyez en moi » (Jn 14 : 1). Et de préciser, en toute cohérence, les conséquences de l´incrédulité : « [...] si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés » (Jn 8 : 24).

De grandes choses sont promises à ceux qui croient en Jésus-Christ comme étant le Fils de Dieu et qui le reçoivent : Ils ne périront point, mais auront la vie éternelle (cf. Jn 3 : 16).

La véritable foi chrétienne repose toujours d´abord sur la grâce de Dieu qui réside dans l´élection et la révélation. Cela ressort de la profession de foi de l´apôtre Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », à laquelle Jésus répond : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t´ont révélé cela, mais c´est mon Père qui est dans les cieux » (Mt 16 : 16-17). Pour l´être humain, la foi est un don de Dieu et un devoir. S´il reçoit la parole de Dieu, lui fait confiance et la met en pratique, sa foi est vivante et le conduit au salut.

EN BREF

Pour l´être humain, la foi est un don de Dieu et un devoir. S´il reçoit la parole de Dieu, lui fait confiance et la met en pratique, sa foi est vivante et le conduit au salut. (4.2.1.5)

À l´origine de la foi, il y a toujours Dieu qui se révèle au travers de ses paroles et de ses actes. (4.2.1.5)

La foi en Jésus-Christ rend la réconciliation avec Dieu possible. (4.2.1.5)

Voir aussi