3.4.9.8 Les indications au sujet de la mort sacrificatoire de Jésus dans les épîtres des apôtres

La mort sacrificatoire de Jésus et la voie, ouverte par elle, de la rédemption des hommes sont des thèmes majeurs des épîtres des apôtres. Ainsi est-il dit en I Jean 3 : 16 : « Nous avons connu l´amour, en ce qu´il a donné sa vie pour nous » (cf. 1 Pi 2 : 21-24).

L´épître aux Hébreux compare la Nouvelle Alliance à l´Ancienne et place le sacrifice de Christ au cœur de l´histoire de la rédemption. Les souverains sacrificateurs de l´Ancienne Alliance étaient pécheurs et mortels ; leur sacerdoce avait une fin. Jésus-Christ au contraire est exempt de péché et immortel ; son sacerdoce est éternel. Les sacrificateurs de l´Ancienne Alliance devaient sans cesse renouveler leurs sacrifices ; en revanche, le sacrifice de Christ a été consenti une fois pour toutes et est éternellement valable (Hé 9).

Si, dans leurs épîtres, les apôtres ont fait des déclarations au sujet de la mort sacrificatoire de Jésus, c´était aussi à cause des hérésies qui commençaient à se répandre. S´est développée ainsi l´idée d´un messager venu en ce monde en prenant simplement l´apparence humaine, sans souffrir ni mourir à la croix ; d´autres hérésies niaient la résurrection du Seigneur. A ceci, l´apôtre Paul oppose l´argument « que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ; qu´il a été enseveli, et qu´il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures » (1 Co 15 : 3-4).

Dans II Corinthiens 5 : 19 est décrite la portée de la mort sacrificatoire de Jésus : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même. »

Voir aussi