3.4.8.7 Jésus et la loi

Pour Israël, la loi mosaïque jouissait de l´autorité suprême : le fait de la respecter et de l´accomplir était considéré comme étant la clé de la relation de l´homme à Dieu. Jésus n´a pas aboli la loi, mais il a montré que son autorité était supérieure à celle de la loi, mieux, qu´il était maître de la loi.

Dans son Sermon sur la montagne (Mt 5-7), il a pris position par rapport à la loi, en présence de ses disciples et de la foule. Au moyen de ce qu´il est convenu d´appeler les « antithèses » (« Vous avez appris qu´il a été dit [...]. Mais moi, je vous dis ... »), par lesquelles il a précisé la loi et initié ses auditeurs à mieux comprendre la volonté de Dieu sous-jacente à la loi, il s´est présenté comme étant le seul à être habilité à interpréter la loi avec autorité.

En révélant ainsi le cœur de la loi mosaïque, il a mis en évidence le fait que la loi — ainsi que l´Ancienne Alliance tout entière — renvoyait à lui, et qu´il était venu l´accomplir. Par son obéissance, il a fait front á la désobéissance du premier homme ; en accomplissant la loi à la perfection, il a mis fin à la domination absolue du péché sur l´homme.

Voir aussi