3.4.6.1 Messie, Christ, Oint

Ces trois termes désignent la même réalité : « Messie » est dérivé de l´hébreu « machiah », et le latin « Christus », du grec « Christos », qui signifie : « oint ».

Dans quelques Psaumes, les rois d´Israël sont appelés « oints de l´Eternel » (p. e. Ps 20 : 7). Leur onction est étroitement liée à des déclarations au sujet d´une alliance particulière conclue par Dieu avec David et ses successeurs. La vénération du roi oint, donné par Dieu, pouvait aller jusqu´à sa déification (Ps 45 : 6-10).

À partir de déclarations faites par des prophètes (p. e. Es 61 ; Jé 31 : 31 sqq.), se sont forgées, au sein du peuple d´Israël, des conceptions au sujet du Messie qui ont fini par faire, de celui-ci, un personnage supérieur à toute dimension humaine et profondément divin.

Jésus de Nazareth est ce Messie, ce Christ : c´est là la profession de foi unanime du Nouveau Testament. Ce titre de souveraineté qu´est « Christ » est si étroitement lié à Jésus qu´il est devenu son nom : « Jésus-Christ ». Croire en lui, c´est professer sa foi en le Messie attendu par Israël, celui que Dieu envoie pour apporter le salut.

Partout où il est question de Jésus dans le Nouveau Testament, il est question du Christ, du Messie. Une différence déterminante est ainsi mise en évidence : Tandis que, de nos jours encore, de nombreuses personnes de confession juive attendent l´avènement du Messie, les chrétiens professent que Jésus-Christ est déjà venu et présent. Cette foi est formulée dans la déclaration capitale qui figure au début de l´Évangile selon Marc : « Commencement de l´Évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu » (Mc 1 : 1).

Voir aussi